Les Niaiseries Acadiennes d’Internet à la radio

CARAQUET – Lancée en août 2013 avec une page humoristique sur les réseaux sociaux, l’aventure des Niaiseries Acadiennes se prolonge maintenant à la radio.

Depuis le mois dernier, la page Facebook des Niaiseries Acadiennes ne se contente plus d’offrir des caricatures, des photos détournées et d’autres bien réelles pour rires des petits travers de la communauté acadienne, leur humour se décline aussi dans des capsules radiophoniques.

En près d’un mois, la première capsule audio a été «vue» à plus de 5000 reprises. On peut l’écouter directement sur la page des Niaiseries Acadiennes qui ont également conclu une entente avec la radio communautaire CKRO qui aura la primeur de la diffusion.

pil -niaiseries acadiennes_2

Avec Le temps d’une niaiserie, Maxime Doucet et Martin Savoie explorent de nouveaux territoires dans le prolongement du succès de la page qui est suivie par plus de 15 000 internautes.

«C’est vraiment autre chose. On est habitués à faire du visuel et là, on est dans l’audio», explique Maxime Doucet, le fondateur des Niaiseries Acadiennes.

«Il faut recréer des personnages acadiens, recréer des situations acadiennes avec du vocabulaire acadien, c’est la même thématique que la page, mais à l’audio.»

Le passage de l’humour visuel à de véritables sketches radiophoniques représente plus de travail.

«Ça demande un effort, c’est sûr, il faut faire des liens pour que l’histoire se suive comme il faut. Habituellement, on donne juste une idée et c’est fait avec une image. Là, il faut enchaîner les idées avec des histoires qui se suivent, c’est ça qui est plus difficile, mais on travaille fort là-dessus (…) ça prend 30 à 40 heures d’écriture et 5 heures d’enregistrement.»

Si le support est différent, le registre humoristique est sensiblement le même. Les Niaiseries Acadiennes restent fidèles à leur marque de fabrique.

«On cherche à rire avec les gens de la Péninsule acadienne, aller chercher les petits travers de ce qui se passe dans la communauté, le vocabulaire des gens, nos habitudes de vies, nos traditions, les choses qui nous font rire, les choses qui nous font réagir. On tient à un contenu respectueux et sans vulgarité.»

Maxime Doucet prévoit un rythme d’une nouvelle capsule par mois. La deuxième capsule audio est d’ailleurs en cours de production et devrait être mise en ligne d’ici la fin de la semaine.

Pour entendre la première capsule: https://www.facebook.com/video.php?v=357304954430808&set=vb.201217806706191&type=2&theater