Atholville rejette le projet d’annexion avec Val d’Amour et Saint-Arthur (vidéo)

ATHOLVILLE – Coup de théâtre mercredi soir au conseil municipal d’Atholville alors que trois conseillers ont voté contre la résolution portant sur la demande d’annexion des DSL de Val-d’Amour et de Saint-Arthur.

Constituant la majorité du conseil, ceux-ci ont du coup fait avorter le projet de fusion entre leur communauté et les deux DSL voisins.

Cette réunion publique spéciale survenait deux jours après un plébiscite tenu dans les DSL de Val-d’Amour et de Saint-Arthur et dont les résultats étaient largement favorables à l’annexion.

Plusieurs citoyens des deux DSL s’étaient d’ailleurs déplacés pour l’occasion afin de célébrer ce qui, au départ, ne semblait être qu’une formalité, soit la ratification de la résolution du conseil. Ceux-ci ont toutefois rapidement déchanté lorsque les conseillers Gaétan Cormier, Gérard Fallu et Betty Firth se sont opposés à la résolution, faisant ainsi éclater plus d’un an de travail entre ces des trois communautés.

Invités à expliquer leur décision, ceux-ci ont indiqué ne pas avoir reçu le mandat de la population pour prendre une telle décision. Ils estiment en effet que les citoyens d’Atholville auraient dû avoir – au même titre que ceux de Val-d’Amour et de Saint-Arthur – la possibilité de s’exprimer par l’entremise d’un plébiscite ou, à tout le moins, d’un sondage dûment réalisé.

À l’annonce du rejet du vote, un calme plat s’est installé dans l’assistance, mélange d’incompréhension, de frustration et de consternation. Sous le choc de ce rejet, le maire de la municipalité, Michel Soucy – ardent défenseur du projet – a même été forcé de s’absenter de la salle quelques minutes afin de se remettre de ses émotions. S’adressant à la foule, celui-ci avait peine à cacher sa tristesse et sa profonde déception.

«Il y a un mois, à cette même table, tous les conseillers avaient dit oui à cette résolution (advenant une issue positive aux plébiscites) avec, il est vrai, certaines réserves. J’avais confiance que leur décision serait positive ce soir. Malheureusement, j’ai un manque de confiance de la part de ce conseil. Il est très regrettable qu’Atholville devienne la première municipalité au Nouveau-Brunswick à dire non à l’avancement, à dire non au progrès. Ce soir, je suis déchiré», a lancé le maire.

Ce dernier dit comprendre que la population aurait peut-être aimé avoir été consultée par la voie d’un plébiscite, mais celui-ci a rappelé que la municipalité a tenu plusieurs réunions publiques afin d’exposer son projet à sa population et d’en recueillir le pouls.

Les communautés de Saint-Athur et Val d'Amour avaient choisi de travailler main dans la main avec la municipalité d'Atholville. Sur la photo, on aperçoit le président du DSL de Saint-Arthur, Marc Thibeault, le maire d'Atholville, Michel Soucy, et le président du DSL de Val d'Amour, Jean-Guy Levesque. - Acadie Nouvelle: Jean-François Boisvert
Les communautés de Saint-Athur et Val d’Amour avaient choisi de travailler main dans la main avec la municipalité d’Atholville. Sur la photo, on aperçoit le président du DSL de Saint-Arthur, Marc Thibeault, le maire d’Atholville, Michel Soucy, et le président du DSL de Val d’Amour, Jean-Guy Levesque. – Acadie Nouvelle: Jean-François Boisvert

«Et si les conseillers qui ont dit non ce soir avaient réellement voulu un sondage exhaustif sur la question, ils n’avaient qu’à en proposer par l’entremise d’une résolution au conseil. La résolution aurait été acceptée puisqu’ils sont majoritaires», s’est-il ensuite exclamé non sans une certaine colère.

En dépit de cet échec et de ce désaveu de son conseil, celui-ci a refusé de remettre sa démission.

«Ce sera très difficile pour moi de continuer de travailler comme maire de cette municipalité, mais je vais quand même rester ici jusqu’à la fin de mon terme, car j’ai à cœur ma communauté. Je prends le blâme pour ce qui arrive, car je n’ai pas été en mesure de rallier la majorité de mon conseil. Mais j’estime que ceux-ci n’ont pas pris leur responsabilité», a ajouté M. Soucy.