Les pompiers de Tracadie répondent à l’appel des démunis

TRACADIE – Depuis 11 ans, les pompiers de Tracadie et le comité Centraide permettent à des familles défavorisées de retrouver la magie de Noël, du moins pour un moment.

Encore cette année, la population a répondu à l’appel de générosité lancé par le groupe de bénévoles.

Les pompiers, aidés de leur famille, de jeunes de la polyvalente W.-A.-Losier et de citoyens, ont pu distribuer quelque 220 boîtes de denrées dimanche à Tracadie. Les enfants âgés de moins de 10 ans ont également reçu de petits cadeaux.

«Personne n’est à l’abri de ça (la pauvreté). Il y a des gens de toutes les classes sociales. Il y en a qui ont perdu leur emploi – ou leurs prestations de chômage – et qui ont déjà fait beaucoup d’argent. Il y a aussi des femmes monoparentales, des personnes âgées et des familles avec plusieurs enfants», explique le capitaine de la caserne de Tracadie, Robert Thibodeau.

«Ils ont besoin de denrées toute l’année, mais, au moins, ils pourront manger à Noël. Les gens apprécient. Les nouveaux qui ne nous ont jamais vus sont vraiment contents. Et de notre côté, on peut se dire qu’on a fait quelque chose, qu’on a fait notre part», ajoute le capitaine.

Organiser une guignolée n’est toutefois pas de tout repos. Selon Robert Thibodeau, une centaine de bénévoles ont été mis à contribution, que ce soit pour l’achat, le transport ou la distribution de denrées.

«On a utilisé de 20 à 22 camions dimanche. Armour, Menuiserie Basque et la Ville de Tracadie nous ont aidés.»

Une dizaine d’élèves de la polyvalente ont accompagné le groupe.

«On tente d’impliquer les jeunes afin qu’ils voient que la misère existe. Ils veulent un iPad pour Noël, mais certaines personnes ne sont même pas capables de s’acheter une paire de culottes. Les jeunes sont surpris quand ils voient ça.»

Dans chaque boîte distribuée, on retrouvait non seulement des denrées non périssables, mais également de la dinde, du jambon et des légumes d’une valeur totale de 130 $.

«La communauté a été très généreuse cette année. Habituellement, on donne autour de 200 boîtes. Tant que la population contribuera, on va continuer de
le faire», indique M. Thibodeau, coresponsable de la guignolée avec André Morais.