Énergie Est: le port de Belledune intéressé, le Conseil de conservation inquiet

MONCTON – Le Conseil de conservation du N.-B. demande à l’Office national de l’énergie de suspendre l’examen du projet Énergie Est. Cette demande survient alors que l’on apprenait cette semaine que Transcanada abandonnerait la construction d’un terminal pétrolier à Cacouna, au Québec.

L’Office national de l’énergie (ONÉ) donne aux personnes touchées par le projet d’oléoduc Énergie Est jusqu’au 3 mars pour lui faire parvenir une demande de participation à l’examen.

Le Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick demande à l’ONÉ de mettre cet examen, qui déterminera si l’oléoduc ouest-est pourra être construit, sur la glace, étant donné les derniers développements dans ce dossier, rapportés par le quotidien montréalais La Presse.

«Nous demandons à l’Office national de l’énergie de suspendre le processus, de retarder la date limite pour le dépôt d’une demande de participation au processus. Cela permettrait aux gens de déterminer s’ils veulent participer au processus après avoir pris connaissance des détails de la proposition», affirme son porte-parole, Matt Abbott.

Selon lui, certains éléments d’Énergie Est restent toujours nébuleux.

«Il semble qu’ils (Transcanada) sont encore en train de tergiverser sur des éléments clés de la proposition. Ils ont admis que tout est sur la table. Nous pensons que ce n’est pas le temps de demander aux membres du public de se prononcer sur le projet.»

C’est que selon des reportages publiés mercredi et jeudi par La Presse, l’entreprise Transcanada met un trait sur la construction d’un terminal pétrolier à Cacouna, sur les rives du fleuve Saint-Laurent.

Les travaux à Cacouna sont suspendus depuis l’automne dernier, lorsqu’un organisme fédéral a désigné le béluga n’était pas une espèce menacée, mais bien en voie de disparition. Les installations prévues par Transcanada se trouvent en plein cœur du territoire de reproduction de cette espèce marine.

L’autre terminal maritime prévu dans le cadre du projet Énergie Est serait construit à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. D’après La Presse, Transcanada pourrait chercher à établir un deuxième terminal ailleurs au Québec, ou alors carrément tout miser sur Saint-Jean.

Transcanada dément les informations rapportées par La Presse. Une décision quant au sort du terminal de Cacouna sera rendue d’ici au 31 mars, affirme un porte-parole à l’Acadie Nouvelle.

L’Acadie Nouvelle a contacté l’Office national de l’énergie pour obtenir des commentaires et plus de renseignements. Notre demande n’a pas encore porté ses fruits.

Le port de Belledune intéressé à accueillir le 2e terminal 

Le PDG du port de Belledune, Ray Doucett, dit avoir contacté Transcanada à la fin de 2014 pour lui faire part de son intérêt à accueillir un terminal maritime lié à l’oléoduc Énergie Est. Ces discussions ont eu lieu dans la foulée de l’annonce de l’arrêt des travaux à Cacouna, le 30 novembre.

«Nous avons eu des contacts très préliminaires. J’ai dit à l’un de mes contacts (chez Transcanada) que nous sommes intéressés et que si l’on peut faire quelque chose pour vous, faites-nous signe», dit-il en interview téléphonique avec l’Acadie Nouvelle.

Il ajoute que des représentants du port de Belledune ont rencontré des gens de Transcanada récemment lors d’un voyage de groupe en Alberta.

«Nous voulons juste leur dire que nous sommes intéressés, s’ils décident d’abandonner celui (le terminal maritime) au Québec.»

Rayburn Doucett affirme que la construction d’un 5e terminal est dans les cartes au port de Belledune, mais que cela n’a pas rapport avec l’oléoduc Énergie Est. Il serait plus profond que les quatre autres, dont la profondeur maximale est de quelque 15 mètres.

«Nous avons des entreprises qui sont intéressées à venir à Belledune. Certaines sont déjà ici et veulent faire venir de plus grosses charges. On souhaite aller dans des eaux plus profondes, ce qui les accommoderait (Transcanada) sans problème.»

Selon lui, la construction d’un terminal pétrolier à Belledune afin d’exporter le brut transporté par l’oléoduc Énergie Est serait une excellente nouvelle.

«Ce serait fantastique. Je pense que ça montrerait que le nord de la province et Belledune sont des joueurs dans l’industrie de l’énergie. Quand on a une entreprise de cette taille qui s’installe (Transcanada), ça peut attirer toutes sortes d’occasions, pour l’entretien ou d’autres possibilités. Dans le fonds, ça nous mettrait sur la carte.»

Tant que le projet n’est pas néfaste pour l’environnement, il l’appuiera, dit Rayburn Doucett.