Transfert d’Allan Legere: «Je tiens à rassurer les gens du Nouveau-Brunswick»

FREDERICTON – Le ministre néo-brunswickois de la Sécurité publique s’est entretenu directement avec son homologue fédéral, jeudi, au sujet du changement d’établissement du meurtrier Allan Legere.

Stephen Horsman a informé les députés de l’Assemblée législative qu’il avait contacté Steven Blaney afin de discuter avec lui du transfert de celui que l’on surnomme le Monstre de Miramichi.

«J’ai personnellement parlé avec le ministre de la Sécurité publique aujourd’hui (jeudi), M. Blaney, et il m’a assuré que cette personne a été mise hors d’état de nuire dans une prison fédérale à sécurité maximale en Alberta.»

On a appris récemment qu’Allan Legere avait été transféré de l’unité spéciale de détention de Sainte-Anne-des-Plaines, au Québec, vers le pénitencier à sécurité maximale d’Edmonton, en Alberta. Legere était incarcéré à Sainte-Anne-des-Plaines depuis 1991 pour le meurtre de cinq individus de la région de Miramichi.

«Je tiens à rassurer les gens du Nouveau-Brunswick et les familles de Miramichi. Ils sont autant en sécurité aujourd’hui qu’ils l’étaient hier», a déclaré le ministre Horsman.

Les propos du ministre n’ont cependant pas convaincu le porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique, Bruce Northtrup.

«Cette nouvelle est sur notre radar depuis au moins une semaine et le ministre de la Sécurité publique n’a téléphoné à son homologue fédéral que ce matin (jeudi). Je ne comprends pas son excuse. Je suis en colère.»

L’établissement d’Edmonton est «à sécurité moins maximale» que celui de Sainte-Anne-des-Plaines, a affirmé le député progressiste-conservateur de Sussex-Fundy-St. Martins.

Selon Service correctionnel Canada, l’incarcération d’un détenu dans une unité spéciale de détention est «une mesure d’exception et de dernier recours, destinée à héberger les détenus qui ne peuvent, pour des raisons de sécurité, intégrer un pénitencier à sécurité maximale.»

Les pénitenciers à sécurité maximaux sont tout de même loin de ressembler à un jardin d’enfants, a précisé une porte-parole de l’agence fédérale responsable d’administrer les peines d’emprisonnement de deux ans ou plus au pays.

«Le périmètre d’un établissement à sécurité maximale est bien délimité, sécurisé et contrôlé. Les bâtiments sont clôturés et entourés de barbelés, les agents correctionnels y sont armés et des agents sont postés dans des tours ou à d’autres endroits stratégiques de surveillance.»

Les gens de Miramichi sont «complètement terrifiés» depuis l’annonce du transfert d’Allan Legere, selon le député libéral de l’endroit, le ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture, Bill Fraser.

Legere a échappé à la vigilance de ses gardiens lors d’une visite dans un hôpital de Moncton, en 1989. Il purgeait alors déjà une peine d’emprisonnement pour meurtre. Il est retourné dans la région de Miramichi après son évasion pour y faire quatre autres victimes avant d’être capturé à nouveau, sept mois plus tard.

À  LIRE AUSSI: Allan Legere: le transfert du Monstre de la Miramichi «glace le sang»