Crise chez Brunswick News: trois patrons dans la tourmente

MONCTON – Des patrons de Brunswick News ont étouffé une histoire gênante et ont tenté de faire modifier des documents gouvernementaux pour effacer les traces d’un séjour au camp de pêche Larry’s Gulch. Deux hauts gradés ne sont plus à l’emploi du groupe de presse, alors qu’un troisième a été rétrogradé.

Dans une lettre de l’ombudswoman de Brunswick News, Patricia Graham, publiée lundi à la une des trois quotidiens anglophones de la province, on apprend que trois patrons du groupe de presse subissent maintenant les conséquences d’une affaire remontant à 2013.

Elle explique que le rédacteur adjoint du Times & Transcript, Murray Guy, «a démissionné», que le rédacteur en chef, Al Hogan «n’est plus à l’emploi de Brunswick News» et que le rédacteur en chef du Telegraph-Journal, John Wishart, est désormais rédacteur des pages éditoriales du journal.

Tout a commencé lorsqu’un rédacteur adjoint du Times & Transcript (le quotidien de Moncton), Murray Guy a séjourné au camp de pêche Larry’s Gulch (dont le gouvernement est propriétaire), à l’été 2013.

En novembre 2013, un journaliste de Brunswick News, Shawn Berry (aujourd’hui secrétaire de presse de Brian Gallant) a obtenu la liste des personnes ayant fréquenté ce camp de pêche dans le cadre d’un reportage.

Il a alors avisé le rédacteur en chef de Brunswick News à l’époque, John Wishart, que le nom de Murray Guy se retrouvait dans la liste. John Wishart a alors avisé son patron, Jamie Irving.

Après en avoir discuté avec John Wishart, Jamie Irving a décidé que Murray Guy devait être réprimandé verbalement par le rédacteur en chef du Times & Transcript, Al Hogan. Il a aussi décidé de laisser à John Wishart la décision de publier ou non un reportage sur les invités de Larry’s Gulch en 2013, en incluant le nom de Murray Guy.

Non seulement le reportage a-t-il été étouffé par le journal, mais l’enquête interne menée par Brunswick News a permis de découvrir que Murray Guy a tenté d’amener un sous-ministre adjoint aux communications, Darrell Fowlie, à modifier les dossiers gouvernementaux pour que disparaisse toute trace de son séjour à Larry’s Gulch. Al Hogan l’a aidé dans ses démarches.

Il est possible que leurs démarches ont porté leurs fruits. Au printemps 2014, alors que les progressistes-conservateurs étaient toujours au pouvoir, l’Acadie Nouvelle a obtenu la liste des invités de Larry’s Gulch en 2013 par l’entremise de la Loi sur le droit à l’information.

Le nom de Murray Guy ne se retrouve pas dans la liste, ce qui pourrait signifier qu’elle a été modifiée pour qu’il ne s’y retrouve pas.

L’affaire n’a pas fait plus de remous que cela au sein de Brunswick News en 2013. Récemment, les hauts dirigeants du groupe de presse s’y sont intéressés lorsque le média indépendant Canadaland les a approchés dans le cadre d’une enquête sur des allégations d’écarts à l’éthique et d’étouffement d’informations sensibles par des patrons de BNI. C’est à ce moment qu’une enquête interne a été lancée.

Canadaland, basé à Toronto et spécialisé dans la critique des médias, a révélé les grandes lignes de son enquête sur son site web le weekend dernier.

Possible camouflage gouvernemental: le mystère demeure entier

Ni le gouvernement, ni l’opposition officielle n’ont pu préciser, lundi, si le nom de Murray Guy a bel et bien été retiré des listes de visiteurs de Larry’s Gulch.

Par courriel, le directeur des communications du cabinet du premier ministre, Guy Gallant, a fait savoir aux médias que le gouvernement a pris connaissance des allégations.

Il dit qu’«un examen interne sera mené pour accélérer la divulgation du plus grand nombre de renseignements possible (sur les visiteurs de Larry’s Gulch) et formuler des recommandations quant à savoir si des mesures supplémentaires sont nécessaires.»

L’opposition n’a guère été plus éclairante. «L’opposition officielle n’a pas connaissance ou d’accès à de l’information sur les invités qui ont visité Larry’s Gulch ou sur le processus de production des listes d’invités. Nous n’allons donc pas offrir de réponse», a affirmé le porte-parole de l’opposition, Bob Fowlie, par courriel.

* Par soucis de transparence, veuillez noter que l’auteur de cet article, Pascal Raiche-Nogue, a été employé de Brunswick News, plus précisément à l’hebdomadaire l’Étoile, de décembre 2010 à octobre 2013. John Wishart a brièvement été son patron alors qu’il était le rédacteur en chef de Brunswick News. De plus, le quotidien l’Acadie Nouvelle est imprimé et distribué par Brunswick News.

À LIRE AUSSI:

Larry’s Gulch: l’ex-ministre nie toute implication

EXCLUSIF – Larry’s Gulch: utilisation douteuse par les progressistes-conservateurs 

Larry’s Gulch 2013 by PascalRN