EXCLUSIF – Larry’s Gulch: utilisation douteuse par les progressistes-conservateurs

MONCTON – Le camp de pêche Larry’s Gulch a vraisemblablement été utilisé à des fins partisanes par le gouvernement de David Alward de 2012 à 2014, aux frais des contribuables. C’est ce que révèle une enquête menée par l’Acadie Nouvelle.

Situé en bordure de la rivière Restigouche, le camp de pêche Larry’s Gulch est la propriété du gouvernement provincial. Il se veut un lieu enchanteur et décontracté où des représentants de ministères et d’agences gouvernementales peuvent rencontrer des partenaires et des investisseurs potentiels.

Larry’s Gulch accueille aussi des usagers privés, qui paient de leur poche, et des organismes charitables, à qui le gouvernement fait cadeau de places. Un séjour de trois jours pour 16 personnes coûte 26 000 $ en juillet et 16 000 $ lors de la saison basse (juin, août et septembre).

L’Acadie Nouvelle a mis la main sur les listes d’invités de 2012 à 2014, par l’entremise de la Loi sur le droit à l’information. L’écrasante majorité des séjours semble avoir servi à discuter d’éducation, de développement économique et de ressources naturelles, entre autres.

Mais en jetant un coup d’oeil plus insistant aux listes, on remarque que trois séjours sortent du lot. On réalise qu’une fois par année de 2012 à 2014, le gouvernement a utilisé Larry’s Gulch pour accueillir des gens qui n’avaient en commun que leur affiliation au Parti progressiste-conservateur.

De plus, les listes obtenues par l’Acadie Nouvelle indiquent que ces séjours ont été réservés par la Société de développement régional et le ministère du Développement économique, alors qu’aucun représentant de ces entités n’était présent.

Le plus récent séjour nébuleux a eu lieu du 9 au 11 juillet 2014, quelques semaines avant les élections du 22 septembre. D’après les listes, c’est la Société de développement régional (SDR) qui a réservé le camp lors de ces dates.

Un examen rapide des noms qui s’y trouvent raconte cependant une tout autre histoire. Aucun employé de la SDR n’était là, ni le ministre responsable, Paul Robichaud.

Mais le gratin progressiste-conservateur était au rendez-vous, dont des proches conseillers du premier ministre, des représentants d’associations de circonscriptions progressistes-conservatrices et des donateurs.

Deux personnes n’ayant pas de liens évidents avec le parti y étaient aussi: le consultant en relations publiques néo-écossais Noel Sampson et le «consultant» Bruce Furie (impossible d’en trouver la trace sur Internet).

Un invité, qui a demandé de garder l’anonymat, a affirmé à l’Acadie Nouvelle qu’il a notamment a été question de développement économique lors de ce séjour. Cette personne a cependant reconnu que des discussions avaient aussi porté sur des questions partisanes du Parti progressiste-conservateur.

Ce scénario s’est aussi répété au cours des deux années précédentes. La liste des invités pour 2013 fait état d’une réservation de la Société de développement régional, du 12 au 14 août. Aucun représentant de la SDR n’y a assisté. Une fois de plus, ce sont plutôt des fidèles progressistes-conservateurs qui étaient de la partie.

La liste de 2012 indique elle aussi qu’un groupe de fidèles progressistes-conservateurs a séjourné au camp Larry’s Gulch, du 9 au 11 juillet. La liste indique toutefois que la réservation a été effectuée au nom du ministre du Développement économique.

Nous avons demandé des explications et une interview à l’opposition officielle progressiste-conservatrice, qui était au pouvoir lors de ces séjours hors-norme. Notre demande était longue et précise. La réponse, venant d’une agente de communications de l’opposition, a été courte et évasive.

«Ces réunions ont été organisées afin d’avoir des discussions continues sur la relance de l’économie du Nouveau-Brunswick. Les participants étaient des conseillers principaux du premier ministre, ainsi que des gens d’affaires de partout dans la province», nous a répondu Sophie D’Amour par courriel.

Nous sommes revenus à la charge pour demander une fois de plus une interview et des précisions. Cette demande est restée lettre morte.

Le gouvernement Gallant dit avoir apporté des changements

En interview téléphonique, le porte-parole dépêché par le gouvernement Gallant pour commenter cette affaire, le ministre de l’Éducation et procureur général, Serge Rousselle, dit ne pas avoir «d’informations privilégiées sur le but de ces rencontres (les trois séjours douteux effectués par les progressistes-conservateurs de 2012 à 2014).»

Il se garde bien de donner son opinion sur l’utilisation de Larry’s Gulch par le gouvernement progressiste-conservateur.

Il affirme cependant que l’encadrement des réservations du camp de pêche a été révisé récemment.

«On a mis en place de nouvelles normes pour que cet endroit-là soit vraiment utilisé par les ministères pour bâtir les relations avec des partenaires qui vont contribuer au développement économique de notre province.»

Serge Rousselle rapporte d’ailleurs que toutes les réservations effectuées par des ministères ou des agences gouvernementales ont été annulées.

Les fonctionnaires et les élus devront démontrer que l’utilisation qu’ils souhaitent faire de Larry’s Gulch respecte les nouveaux critères s’ils veulent aller taquiner le poisson sur la Restigouche l’été prochain. Certaines des dates libérées seront offertes aux usagers privés afin de regarnir les coffres du gouvernement, dit Serge Rousselle.

Forte réaction du Parti vert et du NPD

Si le ministre Rousselle reste prudent en interview, les chefs du Parti vert et du Nouveau parti démocratique ne font pas dans la dentelle.

Le chef vert, David Coon, estime que les trois séjours en question sont problématiques.

«Compte tenu des gens qui étaient présents, il me semble que ces rencontres n’étaient pas gouvernementales et que c’était une utilisation carrément inappropriée du camp (de pêche) gouvernemental.»

Il ajoute qu’il ne s’oppose pas à l’utilisation de Larry’s Gulch par le gouvernement à des fins non partisanes.

«Si ces rencontres avaient été avec des employés du cabinet du premier ministre, ça aurait été acceptable. Mais dans la liste (des trois séjours nébuleux), on voit beaucoup de membres du parti. Ce n’est pas acceptable. Selon moi, le Parti progressiste-conservateur doit beaucoup d’argent au gouvernement pour l’utilisation de Larry’s Gulch», dit-il.

Le chef du Nouveau parti démocratique, Dominic Cardy, est lui aussi très critique envers la conduite du gouvernement Alward.

«Ce sont clairement des rencontres partisanes. Quand on dit que c’est pour le développement économique de la province, mais que le ministre n’est pas là, que les fonctionnaires du ministère ne sont pas là, mais que d’autres députés et des bénévoles du Parti progressiste-conservateur sont là, c’est clair que ce n’est pas une rencontre pour atteindre les objectifs du ministère.»

Il ajoute que le Parti progressiste-conservateur peut faire ce qui lui chante et se réunir où bon lui semble, tant que ce ne sont pas les contribuables qui paient la facture.

Si l’avenir de Larry’s Gulch était entre ses mains, il s’en départirait, dit-il. «La Province ne devrait pas être propriétaire d’un camp de pêche. Il (Larry’s Gulch) a été mal utilisé continuellement par les gouvernements libéraux et progressistes-conservateurs, pour des raisons partisanes.»

À LIRE AUSSI:

Larry’s Gulch: l’ex-ministre nie toute implication

Crise chez Brunswick News: trois patrons dans la tourmente.

Larry’s Gulch 2014 by PascalRN

Larry’s Gulch 2013 by PascalRN