Larry’s Gulch: l’ex-ministre nie toute implication

FREDERICTON – L’ex-ministre responsable de Larry’s Gulch affirme n’avoir jamais fait l’objet de pression en vue de modifier la liste des invités qui ont séjourné au camp de pêche du gouvernement en 2013.

Trevor Holder a fait cette déclaration, mardi, au lendemain de la révélation par Brunswick News que de hauts responsables du groupe de presse auraient demandé à un sous-ministre de l’ancien gouvernement d’effacer les traces du séjour de l’un d’entre eux à Larry’s Gulch.

Le député progressiste-conservateur de Portland-Simonds était alors ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture. C’est sous sa gouverne qu’a été instaurée la politique de divulgation systématique des noms des visiteurs du camp de pêche.

«Je peux affirmer sans équivoque que je n’ai subi aucune pression et personne ne m’a demandé de dévier ou de ne pas suivre la politique mise en œuvre sous ma direction, et je ne me suis pas écarté de cette politique», a déclaré M. Holder lors d’un point de presse.

Selon Patricia Graham, ombudsman de Brunswick News (l’entreprise du groupe Irving qui est propriétaire des trois quotidiens anglophones de la province), le rédacteur en chef du Times & Transcript, Al Hogan, et son rédacteur adjoint, Murray Guy, auraient tenté de convaincre le sous-ministre aux communications du gouvernement de David Alward, Darrell Fowlie, de faire disparaître toute trace du séjour de Murray Guy à Larry’s Gulch durant l’été 2013.

«S’il y a eu une déviation de cette politique, ce n’était pas sous ma direction ni de mon instigation. C’était sans mon approbation», a assuré Trevor Holder.

La présence de Murray Guy au camp a été découverte en novembre 2013 par le journaliste Shawn Berry du Telegraph-Journal, un autre quotidien de Brunswick News, qui a alors transmis l’information à son rédacteur en chef, John Wishart. La décision a alors été prise de ne pas publier cette histoire.

Les hauts dirigeants de Brunswick News ont décidé de se pencher à nouveau sur cette affaire récemment lorsqu’ils ont appris que le média indépendant Canadaland de Toronto enquêtait.

Les conclusions de l’enquête interne de Brunswick News ainsi que les sanctions qui ont suivi ont été publiées à la une de ses trois quotidiens, sous la plume de Patricia Graham. Murray Guy «a démissionné» tandis que Al Hogan «n’est plus à l’emploi de Brunswick News», a écrit l’ombudsman. John Wishart est désormais rédacteur des pages éditoriales du Telegraph-Journal.

Malgré les propos de l’ex-ministre du Tourisme, la tentative d’Al Hogan et Murray Guy pour effacer les traces du séjour de ce dernier à Larry’s Gulch semble avoir porté ses fruits.

Contrairement à la liste des visiteurs 2013 du camp de pêche obtenue en novembre de la même année par Shaw Berry, la liste transmise par le gouvernement sous la loi d’accès à l’information à l’Acadie Nouvelle en 2014 ne contient plus le nom de Murray Guy.

Après l’élection du nouveau gouvernement libéral, en septembre 2014, Shawn Berry a quitté son emploi au Telegraph-Journal pour devenir l’attaché de presse du premier ministre Brian Gallant.

«UNE AFFAIRE «TRÈS SÉRIEUSE»

La commissaire à l’accès à l’information et à la protection de la vie privée pourrait faire enquête sur les allégations concernant la possible suppression du nom du rédacteur adjoint du Times & Transcript de la liste des invités au camp de pêche du gouvernement.

Le bureau d’Anne Bertrand a confié au journal, mardi, que la commissaire considérait cette affaire «très sérieuse» et qu’elle déciderait d’ici la fin de la semaine s’il y a matière à enquête.

S’il était prouvé que la liste des visiteurs de Larry’s Gulch a été modifiée afin de cacher une partie de son contenu au regard du public, l’auteur de ces changements pourrait se voir imposer une amende 240 $ à 10 200 $.

Le cabinet du premier ministre a indiqué qu’il allait mener son propre examen interne sur cette affaire. Le procureur général, Serge Rousselle, ne s’est cependant pas engagé à rendre publics les résultats de l’examen.

«Nous voulons faire une enquête interne qui va nous permettre de découvrir les faits pertinents. À partir de ça, nous aurons certainement des recommandations et nous verrons ce qui doit être fait», a-t-il dit.

Le gouvernement se penchera notamment sur l’exactitude des renseignements dévoilés aux médias concernant les visiteurs de Larry’s Gulch ainsi que son utilisation par l’ancienne administration.

Selon des informations révélées par l’Acadie Nouvelle, mardi, les progressistes-conservateurs semblent avoir utilisé le camp de pêche pour des réunions partisanes aux frais des contribuables à au moins trois reprises alors qu’ils étaient au pouvoir, entre 2012 et 2014.

En conférence de presse, mardi, l’ex-ministre responsable de Larry’s Gulch, le conservateur Trevor Holder, a refusé de discuter de l’utilisation de celui-ci par son gouvernement. Le bureau de l’opposition officielle a également refusé de rendre disponible l’ex-premier ministre David Alward afin de discuter des faits rapportés par le journal.

À LIRE AUSSI: EXCLUSIF – Larry’s Gulch: utilisation douteuse par les progressistes-conservateurs

À LIRE AUSSI: Crise chez Brunswick News: trois patrons dans la tourmente