Exclusif – Poursuite contre le gouvernement: Volpé rajuste le tir

MONCTON – L’ancien PDG du Réseau de santé Vitalité, Rino Volpé, rajuste le tir dans sa poursuite contre le gouvernement provincial. Il ne parle désormais plus de gouvernance en santé, question de laisser le champ libre au groupe Égalité santé en français.

Mis à la porte en novembre 2014 par le ministre de santé, Victor Boudreau, Rino Volpé a déposé une poursuite contre le gouvernement quelques jours plus tard.

Il y alléguait que son congédiement était injustifié et qu’il contrevenait à la Charte des droits et libertés du Canada, qui accorde aux francophones du Nouveau-Brunswick le droit de gérer leurs institutions.

Il demandait entre autres un dédommagement de plusieurs centaines de milliers de dollars et une déclaration que l’article de la Loi sur les régies régionales de la santé permettant au ministre de nommer les PDG des deux réseaux de la province est inconstitutionnel.

Voilà que Rino Volpé ajuste sa stratégie. Dans un document déposé en cour le 19 mars et dont l’Acadie Nouvelle a obtenu copie, il apporte des changements à son avis de poursuite en retirant les arguments et les demandes liées à la gouvernance du système de soins de santé.

Sa poursuite tient toujours, mais ne porte désormais plus que sur la dimension contractuelle du différend qui l’oppose au gouvernement.

Dans un court communiqué de presse émis par le cabinet d’avocats représentant Rino Volpé, CazaSaikaley (qui représente aussi Égalité santé en français: NDLR), on apprend que ce changement survient à la suite d’une sortie publique d’Égalité santé en français datant du 17 mars.

On se souvient que c’est à ce moment que ce groupe de pression s’est plaint qu’il avait beaucoup de difficultés à obtenir une rencontre avec le ministre de la Santé et que ce dernier refusait carrément de parler de gouvernance.

Le ministre avait dit qu’il ne fermait pas la porte à une rencontre, mais qu’il ne pouvait parler de gouvernance avec Égalité santé en français puisqu’il s’agissait d’un enjeu qui se retrouvait devant les tribunaux dans le cadre de la poursuite intentée par Rino Volpé.

«M. Volpé est d’avis qu’il est dans l’intérêt de la collectivité francophone du N.-B. d’ôter toute entrave au progrès du dossier de la gouvernance. M. Volpé est d’accord pour qu’Égalité santé prenne la charge de ce dossier afin que le débat sur la gouvernance des institutions de santé ait l’envergure qu’il mérite», lit-on dans le communiqué de presse.

Rino Volpé était à l’extérieur du pays, mercredi, et n’était pas disponible pour commenter ce développement.