Violence conjugale: le Sud-Est a besoin d’un nouveau centre

SHEDIAC – Le besoin d’un nouveau centre d’hébergement pour femme se fait de plus en plus sentir au Sud-Est. Le Centre de ressources et de crises familiales Beausejour révèle avoir effectué 2188 interventions en 2014, dont 672 liées à la violence familiale.

Signe d’une augmentation de la demande ou d’une augmentation de la visibilité des services offerts, le taux de fréquentation du Centre Beausejour n’a cessé de croître depuis les cinq dernières années. Le Centre est intervenu à 1146 reprises en 2010, à 1689 fois en 2012. Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes, indique Kristal Leblanc.

«Les statistiques démontrent clairement que, malheureusement, nos services sont nécessaires», fait valoir la directrice générale.

Les statistiques ont été comptabilisées dans le cadre d’une étude de faisabilité. L’évaluation, réalisée de décembre à mars de cette année, fait état de tous les types d’interventions sollicités auprès de l’établissement en 2014, mais met en également en valeur le nombre d’ateliers (1809) et de formations (770) et de présentations (1121) offerts à la communauté au sujet de différents problèmes de société, allant de la sensibilisation face à l’homophobie jusqu’à l’abus contre les aînés.

Le Centre Beausejour cherche à prévenir la violence familiale et d’autres problèmes sociaux par l’entremise de l’éducation, de la prévention et de l’intervention. Des intervenants sont disponibles en tout temps dans le cas de situations de crise. Toutefois, la portée des services est limitée par les infrastructures. Kristal LeBlanc souhaite voir la construction d’un centre d’hébergement à Shediac.

«Nous devons loger nos femmes un peu partout dans la région, ce qui les isole et complique un peu notre mission. Une centralisation de nos services par le biais d’un service d’hébergement nous permettrait de répondre plus adéquatement aux différents besoins des gens qui sollicite notre aide.»

En ayant des lits de disponibles pour accueillir et accommoder les femmes vivantes des situations familiales difficiles, le Centre Beausejour verrait certainement une croissance de son taux de fréquentation, selon la directrice générale. Elle rappelle que ce ne sont que 20 % à 25 % des femmes qui nécessitent des services d’aide qui les sollicitent.

«Plusieurs ne comprennent pas qu’elles sont dans une relation abusive. D’autres pensent qu’on va les obliger à aller voir la GRC, ou pensent que nous n’aurons pas d’endroit où les loger, alors elles ne viennent pas nous voir.»

Les plans de l’édifice sont encore en train d’être conçus, il est donc difficile pour l’instant d’estimer les coûts nécessaires à sa construction et à son fonctionnement journalier. Kristal LeBlanc entend approcher le gouvernement provincial prochainement pour tâter le terrain quant aux fonds disponibles pour le projet.

«Nous venons de franchir une étape. Maintenant il nous faudra trouver le financement nécessaire, mais nous sommes chanceux, car les gens sont très généreux avec nous. Quand vient le temps d’aider les plus vulnérables, chaque sou compte.» n

Campagne pour contrer la violence 

SHEDIAC – Le Centre de ressources et crises familiales Beausejour mettra bientôt en branle une campagne visant à éliminer la violence familiale dans le Sud-Est. Trois grands panneaux d’affichage démontrant des hommes se prononçant ensemble contre la violence seront érigés en bordure de route à Shediac, Beaubassin-Est et Shediac.

Au total, 125 hommes de ces régions se sont portés volontaire pour être photographiés. Le tout a été réalisé grâce à la collaboration financière de Condition féminine Canada.

«Nous cherchions un moyen d’engager les hommes et les garçons dans l’élimination de la violence au sein de nos communautés. Ce sont des hommes qui possèdent différents degrés d’éducation, qui sont d’âges différents. Nous voulons démontrer que la violence ne doit pas être tolérée, peu importe le milieu», explique Kristal LeBlanc, la directrice générale du centre.

Les affiches seront installées à temps pour le lancement de la campagne, le 14 avril.

Nombre d’intervention du Centre Beauséjour

1997 à 2006: 6752
2007: 1225
2008: 1154
2009: 1048
2010: 1146
2011: 1443
2012: 1689
2013: 1706
2014: 2054

*Les demandes d’information ne sont pas incluses dans ces statistiques, contrairement au chiffre global de 2188 énoncé dans l’article pour l’année 2014
**Statistiques fournies par le Centre de ressources et de crises familiales Beausejour