Ce qu’il faut retenir du budget 2015 [VIDÉO]

FREDERICTON – Les contribuables devront ouvrir grand le portefeuille au cours de la prochaine année même si le gouvernement provincial renonce pour le moment à augmenter la Taxe de vente harmonisée (TVH) et à instaurer des péages sur les autoroutes.

Le premier budget du gouvernement Gallant inclut notamment une hausse de la taxe sur l’essence de 1,9 ¢ le litre et de 2,3 ¢ le litre pour le diesel, dès minuit ce soir. La mesure doit rapporter 28,2 millions $ par année dans les coffres du gouvernement. «L’entretien des routes et des ponts est coûteux, et il est important que les usagers apportent une contribution équitable à ces coûts. Avec les prix qui devraient demeurer bas pendant une période prolongée, il est possible d’augmenter les taxes sur l’essence et le diesel tout en limitant l’impact sur l’économie du Nouveau-Brunswick. En dépit de cette augmentation de taxe sur l’essence, le taux d’imposition du Nouveau-Brunswick sera le même que celui de la Nouvelle-Écosse et il demeurera inférieur à ceux du Québec et de Terre-Neuve-et-Labrador», soutient le ministre des Finances Roger Melanson.

Les contribuables les mieux nantis paieront davantage d’impôts en 2015-2016 avec la création de deux nouvelles tranches d’imposition. Les citoyens les plus fortunés seront dorénavant imposés à 21 % pour les revenus entre 150 000 $ et 250 000 $ et à 25,75 % pour les revenus supérieurs à 250 000 $. Fredericton prévoit empocher ainsi 30 millions $ supplémentaires.

Le budget du ministère de la Santé sera gelé et les personnes non assurées devront à nouveau payer le transport en ambulance. Les personnes à faible revenue seront cependant épargnées.

Malgré ces initiatives et les nombreuses autres annoncées mardi, Roger Melanson prévoit une hausse du déficit qui devrait culminer à 476,8 millions $ pour l’exercice financier 2015-2016, en raison notamment d’une nouvelle «réserve d’urgence» de 150 millions $.

«Si la réserve n’est pas nécessaire, le déficit s’élèvera à 326,8 millions $»,  a précisé M. Melanson. Le déficit prévu pour l’année qui se termine est de 255,4 millions $.

La croissance des dépenses (1,5 %) devrait dépasser celles des revenus (0,6%) pour un budget total de 8,6 milliards $. Le  ministère des Finances s’attend à une croissance du produit intérieur brute (PIB) de la province de 1,8 % en 2015.

Le budget de mardi ne se contente pas de puiser dans différentes sources de nouveaux revenus. Le gouvernement s’attaque aussi aux services, en commençant par la fermeture des palais de justice de Grand-Sault, St. Stephen, Sussex et Grand Manan. Les activités du Palais de justice de justice de Grand-Sault sont fusionnées à celui d’Edmundston.

Les bureaux de Service NB à Saint-Quentin, Saint-Léonard, Port Elgin, Hopewell Cape, Gagetown et McAdam fermeront également leurs portes.

L’Institut de l’énergie du Nouveau-Brunswick est aboli et le budget des hauts fonctionnaires de l’Assemblée législative comme l’ombudsman et la vérificatrice générale est gelé.

Le ministère des Communautés saines et inclusives est également éliminé.

Le ministre Melanson a laissé planer l’ombre de nouvelles réductions de poste dans la fonction publique durant son discours devant les députés de l’Assemblée législative.

«Nous visons à réduire l’effectif des services publics principalement au moyen de départs à la retraite et par attrition», a-t-il dit sans donner davantage de détails.

Le gouvernement veut également «réduire le nombre» d’organismes, de conseils et de commissions du Nouveau-Brunswick et le nombre de personnes qui y siègent.

À LIRE AUSSI: 249 POSTES D’ENSEIGNANTS SUPPRIMÉS

À LIRE AUSSI: LES AÎNÉS PASSENT À LA CAISSE

 

Vidéo: en conférence de presse, Roger Melanson explique sa décision de ne pas augmenter la TVH.