Saint-Isidore: marcher, courir et recueillir des fonds dans la bonne humeur (vidéo)

SAINT-ISIDORE – La grande majorité a marché, certains ont couru. Que ce soit à une allure tranquille ou au pas de course, les 300 participants au Relais Sport & Santé de Saint-Isidore se sont pliés à l’exercice dans la bonne humeur. Leurs efforts n’ont pas été vains: les organisateurs ont récolté 50 000 $.

Sylvie Benoit-Thériault de Tracadie le reconnaît, elle n’est pas une grande sportive. Le pas alerte et le sourire aux lèvres, elle s’est pourtant jointe de bonne grâce aux 300 personnes réunies dimanche matin pour le Relais Sport & Santé de Saint-Isidore. La manifestation s’est déroulée au complexe Léopold-Thériault sur la piste extérieure.

«Je suis venue avec mon fils, mon mari et ma mère. C’est une belle activité familiale. Ça permet d’amasser des fonds pour les jeunes et les malades. En même temps, ça me fait du bien. C’est tout bénéfique!», se réjouit notre marcheuse d’un jour.

Le relais a rassemblé cette année 32 équipes composées d’une dizaine de personnes environ. Il a permis de rassembler 50 000 $.

«C’est une réussite. Nous sommes satisfaits», commente Léopold Thériault.

C’est lui qui a eu l’idée de ce rendez-vous. La première édition a vu le jour il y a 10 ans. Au fil du temps, l’événement s’est imposé au point de devenir un moment incontournable pour la région.

«C’est beaucoup de travail. Ce n’est pas toujours facile. Je ne suis pas seul, j’ai avec moi un comité de six membres. Je ne pensais pas que nous serions encore là une décennie plus tard. Je suis fier. Ce succès, nous le devons à notre volonté. Nous n’avons jamais abandonné et avons toujours été déterminés à bien faire les choses», explique M. Thériault.

Cette fois encore, le relais a attiré ses inconditionnels, à l’instar de Gilles Hébert d’Allardville.

«C’est la 6e année que mes chums et moi venons. J’aime l’ambiance. C’est le fun, je passe toujours un bon moment. Et en plus, c’est pour la bonne cause.»

Pas le temps d’en dire davantage, il devait assurer ses tours de pistes. La manifestation fonctionne sur le modèle d’un relais. À tour de rôle, les participants ont enchaîné le même parcours de 1 km formant un ballet de marcheurs et de coureurs incessant. Le coup d’envoi a été donné à 10 heures; la rencontre a duré jusqu’à 14 heures.

La formule a ses adeptes. «Ce n’est pas fatigant», considère Théo Gauvin. Cet habitant de Saint-Sauveur venait pour la première fois. Lui et les autres ont contribué au succès de cette édition.

«L’argent récolté provient des inscriptions et des dons de nos partenaires. Nous en avons une cinquantaine du Nouveau-Brunswick et des provinces voisines: Québec, Ontario, Nouvelle-Écosse», détaille Léopold Thériault.

En 10 ans, son équipe et lui ont accumulé 400 000 $ qui ont ensuite été redistribués pour promouvoir l’activité physique auprès des jeunes, pour aider les malades ou pour développer des infrastructures sportives.

«Nous avons donné 50 000 $ à la clinique médicale de Saint-Isidore et 30 000 $ pour la rénovation du complexe où nous nous trouvons présentement.»

Fort de ces réussites, Léopold Thériault imagine déjà les prochaines éditions de son relais. Peut-être dans quelques années en célébrera-t-il le 20e anniversaire…