Caraquet réclame le technicien en ultrason qui lui a été promis

CARAQUET – Le Comité Action H demande au Réseau de santé Vitalité d’honorer sa promesse de procéder à l’embauche d’un technicien en ultrasons pour desservir l’Hôpital de Caraquet.

Le groupe dénonce la mise en place d’une troisième unité d’échographie à l’Hôpital de Tracadie et l’embauche d’une troisième technologue en échographie dans ce même établissement.

Une technologue en échographie a récemment été embauchée par le Réseau de santé Horizon à l’Hôpital de Miramichi. Elle a accepté d’effectuer des examens dans la Péninsule acadienne, mais pour limiter le temps passé sur la route, elle souhaitait travailler à temps partiel à Tracadie.

Le Réseau Vitalité a donc fait l’acquisition d’un appareil qui a été transféré de Saint-Jean afin de réduire une liste d’attente d’environ huit mois.

L’unité a été installée dans une salle qui hébergeait un appareil de mammographie. Le service de mammographie n’est plus offert à Tracadie, car un appareil numérique à la fine pointe de la technologie a été installé à Caraquet.

«On a une occasion avec une employée, mais en raison de la géographie, elle veut limiter le temps de voyage. Elle offre de travailler à Tracadie. L’option que nous avons devant nous est d’avoir quelqu’un à temps partiel à Tracadie ou personne du tout. Le choix se définit par lui-même», dit Luc Foulem, porte-parole au Réseau Vitalité.

Le Comité Action H craignent néanmoins une centralisation des services d’ultrasons à Tracadie. Le Réseau Vitalité dit qu’aucune décision n’a encore été prise.

«Le service d’ultrason semble avoir été centralisé à Tracadie. Nous ne l’acceptons pas, car ça fait deux ans qu’on nous promet qu’ils vont mettre en marche le système à Caraquet. Chaque fois que nous les rencontrons (les gens de la Régie), ils nous disaient qu’ils cherchaient une technicienne et nous les avons crus», dit Louise Blanchard, l’une des porte-parole du groupe.

Action H jure pourtant ne pas vouloir créer inutilement des tensions avec leurs voisins de Tracadie. Selon eux, le service d’ultrason est essentiel dans toute salle d’urgence qui se respecte. Luc Foulem offre un avis contraire.

«C’est une valeur ajoutée, mais ce n’est pas essentiel. Par exemple, dans les autres hôpitaux de la province, je parle des petits hôpitaux et des hôpitaux régionaux, il n’y a aucun technicien qui travaille sur appel les soirs et fins de semaine. Autrement dit, ils font leur quart de travail régulier, de 8 h à 16 h. Si la prestation était essentielle, les services d’urgence à Grand-Sault, à Saint-Quentin et à Sainte-Anne-de-Kent ne fonctionneraient pas.»

Un comité consultatif étudie présentement la prestation des services de mammographie et d’échographie dans l’ensemble du Réseau Vitalité. Un rapport sera soumis au conseil d’administration par la suite.

Recrutement difficile

Malgré les promesses faites au Comité Action H, il peut être difficile de trouver une personne qualifiée pouvant effectuer les tâches d’un technologue en échographie.

«On reconnaît que c’est un défi d’avoir accès aux ressources. Les technologues en échographie, à la base, ce sont des personnes qui ont une formation collégiale en radiologie. Pour devenir technologue en échographie, il faut une formation supplémentaire de 16 mois qui s’offre seulement à l’extérieur de la province.»

Il y a quelque temps, les membres d’Action H ont appris qu’une personne suivait une formation. Elle a décidé de travailler à Moncton en fin de compte.

«Ce sont des choses qui arrivent», reconnaît Mireille Manuel.

Changements d’heures?

Par ailleurs, les représentants d’Action H disent avoir appris de source sûre que le gouvernement du Nouveau-Brunswick envisageait de fermer les services d’urgence de l’Hôpital de Caraquet de minuit à 8 h. La rumeur n’a toutefois pas pu être confirmée. «Si jamais il y a une réduction ou une fermeture de services, la population va être appelée à réagir. Pour l’instant, nous sommes en train d’étudier les étapes à suivre.»