Des amendes positives à Tracadie

TRACADIE- Dimitri Thibodeau-Ferguson, âgé de 8 ans et Virginie Thibodeau, âgée de 10 ans, sont frère et sœur. Lorsqu’ils pratiquent le vélo, l’une de leurs activités préférées, ils portent toujours un casque. Pour leur comportement exemplaire, cet été, les deux jeunes de Tracadie et plusieurs autres pourraient se voir remettre des coupons par la GRC offrant des récompenses gratuites dans plusieurs commerces de la municipalité.

Le programme d’amendes positives a été lancé lundi matin à Tracadie. Au cours de l’été, la GRC va remettre des billets de «contravention» à ceux qui font preuve d’un comportement exemplaire et sécuritaire.

Parmi les «infractions» qui sont passibles d’une «amende positive»: le port du casque de sécurité ou d’un gilet de sauvetage, la bonne utilisation d’un siège d’auto pour les bébés et jeunes enfants, l’utilisation d’un chauffeur désigné, le respect des signalisations routières, tenir son chien en laisse lors d’une promenade ou encore, aider une personne dans le besoin.

Selon le caporal Guy-Paul Larocque de la GRC, le but de l’initiative est d’entretenir des bons rapports avec la communauté et de changer la perception que la police existe uniquement pour appliquer des lois.

Le constable Patrick Lemerise de la GRC a remis une amende positive à Virginie Thibodeau. - Acadie Nouvelle: David Caron
Le constable Patrick Lemerise de la GRC a remis une amende positive à Virginie Thibodeau. – Acadie Nouvelle: David Caron
C'est avec honneur que le constable Patrick Lemerise de la GRC a remis des amendes positives à un groupe de jeunes lors d'une conférence de presse à Tracadie, lundi. - Acadie Nouvelle: David Caron.
C’est avec honneur que le constable Patrick Lemerise de la GRC a remis des amendes positives à un groupe de jeunes lors d’une conférence de presse à Tracadie, lundi. – Acadie Nouvelle: David Caron.

«Être policier c’est aussi encourager les comportements positifs. Souvent, les gens ont la perception que nous reconnaissons seulement les gestes négatifs et le non-respect des règlements.»

Le port du casque de vélo, rappelle-t-il, est une mesure simple qui peut facilement sauver une vie.

«C’est quand même important. J’ai déjà vu un enfant qui est tombé à vélo et si ce n’était pas du fait qu’il portait un casque, il aurait eu des blessures graves.»

Celui qui n’en porte pas un risque de son côté, une vraie amende de 50 $, indique le caporal Larocque.

La jeune Virginie Thibodeau pense que le projet d’amendes positives est une bonne idée.

«Je pense que ça va inciter les gens à participer.»

Sa mère, Cynthia Ferguson, est infirmière au Réseau de santé Vitalité et membre du comité qui a mis en place l’initiative.

Cynthia Ferguson demande aux parents de toujours encourager leurs jeunes de porter le casque de vélo.

«Au quotidien, il faut mettre de l’énergie et avoir un peu de persévérance. Souvent, les enfants ne le font pas automatiquement et il faut le rappeler, mais ça vaut la peine de le faire», dit-elle.

La mère rappelle aussi l’importance d’accompagner les enfants de moins de 10 ans lorsqu’ils circulent sur la route.

«Leurs aptitudes physiques, leur jugement à savoir s’ils sont en sécurité ou de prédire le comportement un véhicule sont en développement. Ils peuvent aussi être un peu plus impulsifs. On veut encourager les jeunes de moins de 10 ans de ne pas circuler seuls près de la route sans la présence d’un adulte.»