Des visites à domicile gratuites pour les aînés

Le gouvernement provincial lance un programme de visites à la maison pour les personnes âgées. L’initiative doit permettre aux bénéficiaires d’éviter les foyers de soins.

Des visites à domicile gratuites seront offertes à environ 6400 aînés au cours de l’année prochaine.

Elles seront effectuées par des travailleurs sociaux qui évalueront la santé, le soutien social, la sécurité à domicile et l’aide aux fournisseurs de soins. Ces visites seront disponibles pour les personnes âgées de 70 à 75 ans à travers toute la province et commenceront dès la fin de l’automne.

Il s’agit de l’un des volets de la stratégie D’abord chez soi, qui vise notamment à soutenir l’indépendance de la population vieillissante du Nouveau-Brunswick. Mise au point par le précédent gouvernement, la politique a été validée par les libéraux. 10,3 millions seront investis pour développer une série d’initiatives.

La ministre du Développement social, Cathy Rogers, en a fait l’annonce vendredi matin.

«Les soins que reçoivent nos personnes âgées constituent une priorité pour notre gouvernement. L’intervention précoce avec une approche préventive nous permet de garder nos aînés chez eux le plus longtemps possible.»

78 % de la population de 75 ans et plus vit actuellement dans un centre de soins dans la province. L’objectif de la stratégie D’abord chez soi est de réduire ce chiffre. En 2012, le rapport Vivre en santé et bien vieillir identifiait l’indépendance comme l’un des principaux besoins des aînés.

«Ils ne veulent pas aller dans les foyers de soins», confirme Léonard Leblanc, président de la Fédération des citoyens aînés du Nouveau-Brunswick.

«Ça fait longtemps que nous sommes impliqués pour ça, là c’est un bon commencement.»

Tony Hebert, vice-président du Centre d’information pour les aînés, s’enthousiasme.

«Beaucoup de personnes quittent leur résidence en raison d’accidents. C’est essentiel que quelqu’un puisse venir faire le tour de la maison, s’assurer que l’endroit est sécurisé. Aller dans un centre peut être une terrible façon de finir ses jours…»

Les retraités en difficulté pourront également demander une aide financière d’un maximum de 1500 $ pour des réparations mineures améliorant la sécurité du domicile. Par la suite, une aide individualisée sera donnée aux personnes âgées pour les guider dans le système de soins de santé et assurer qu’elles aient accès aux services dont elles ont besoin.

Cécile Cassista, directrice générale de la Coalition pour les droits des aînés, juge que ce programme ne fonctionnera pas.

«Les gens ne laisseront pas le gouvernement entrer dans leur maison, ils ne lui font pas confiance.»

Elle reproche à l’équipe de Brian Gallant d’avoir augmenté le plafond des tarifs pour les foyers de soins, qui est passé de 113 $ à 175 $ par jour.

De plus, les avoirs financiers sont désormais pris en compte dans le calcul de la capacité des aînés de payer. Une économie annuelle de 7,8 millions $ pour le gouvernement.

«Tant qu’ils ne mettront pas les actifs financiers hors du calcul, cette annonce est juste un moyen de nous faire sentir mieux», ajoute Mme Cassista. «C’est inacceptable, où est-ce qu’ils trouvent cet argent ?»