Thomas Mulcair tente d’amadouer les régions

Le chef néo-démocrate, Thomas Mulcair, laisse miroiter aux régions qui sont en proie à des difficultés économiques, tel le Restigouche, un avenir plus brillant et au passage, accuse le gouvernement de Stephen Harper de les négliger.

M. Mulcair mise sur un vaste plan pour redynamiser le secteur manufacturier et multiplier les PME.

«Les conservateurs restent les bras croisés, ne faisant rien pour ramener les bons emplois manufacturiers au Nouveau-Brunswick. Triste bilan avec 3500 emplois perdus en juin dans la province, dont 2500 emplois à temps complet. On mérite mieux. Le NPD a un plan pour réduire les impôts des petites et moyennes entreprises qui sont les créateurs de 80% des nouveaux emplois au Canada. Nous voulons aider à l’achat d’équipements et à la recherche, au développement et à l’innovation avec un crédit d’impôt», a-t-il détaillé.

Thomas Mulcair, en tournée dans le Nord du Nouveau-Brunswick depuis jeudi, était en terrain conquis au pique-nique du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) à Campbellton, vendredi. Les représentants syndicaux le présentent haut et fort comme le prochain premier ministre du Canada.

«Ce que j’entends, c’est que M. Mulcair est là pour le monde. Il veut que les emplois restent ici. Nous étions en lock-out l’année dernière pour des bénéfices qui se font retirer. Le NPD veut que nous gardions nos bénéfices, que nous ayons une sécurité d’emploi et qu’ils restent locaux. C’est pourquoi je suis un sympathisant du NPD», a déclaré George Parker, président du syndicat des employés de la municipalité de Campbellton.

Bien que le projet de Chaleur Terminals au port de Belledune soit loin de faire l’unanimité en raison du passage dans plusieurs communautés de 200 wagons transportant du pétrole chaque jour, le chef de l’opposition officielle reconnaît l’importance de ces emplois pour la région, mais dans le respect de l’environnement.

«Nous avons un beau port de mer (à Belledune), qui devrait servir, tout en respectant les préoccupations environnementales de l’ensemble des communautés. Nous sommes capables de faire les deux. J’étais ministre de l’Environnement. J’étais capable d’approuver les projets et de m’assurer de l’application rigoureuse des lois. Ce qui fait peur à la population du Canada, c’est que M. Harper n’a pas un très bon bilan quand il s’agit d’appliquer les lois, mais c’est un port de mer ouvert 12 mois par année et il faudrait pouvoir amener le plus de travail là-dedans. Ça, c’est une bonne idée», a-t-il dit.

Thomas Mulcair va encore serrer des mains à Pointe-Verte samedi matin, avant de rejoindre la capitale fédérale en vue du déclenchement probable des élections le lendemain.

«Nous sommes convaincus d’être en position pour former un gouvernement solide, dont la première préoccupation est le monde, le développement durable, la création d’emplois et le respect de l’environnement, ce qui contraste énormément avec l’approche de Stephen Harper», a-t-il lancé. n

Mulcair ne participera à aucun débat qui n’impliquera pas Harper

Le Nouveau Parti démocratique a annoncé que le chef Thomas Mulcair ne participerait à aucun débat qui n’impliquerait pas le premier ministre Stephen Harper, durant la campagne électorale fédérale.

En adoptant cette condition, le NPD a probablement enfoncé le dernier clou dans le cercueil du traditionnel débat présenté par le consortium des radiodiffuseurs du pays.

Le Parti Conservateur a déjà annoncé que M. Harper ne participerait pas à ce débat.

Et à moins que M. Harper ne change d’avis, il semble que M. Mulcair n’y participera pas non plus.

On peut douter de la volonté du consortium d’aller de l’avant avec son débat sans deux des trois chefs des principaux partis.

Les débats télévisés du consortium, un en français, un en anglais, ont été des points tournants lors des récentes campagnes fédérales.

Jusqu’à maintenant, M. Harper a accepté de prendre part à seulement quatre débats, dont celui du magazine Maclean’s, mardi.

Les trois autres, prévus à l’automne, seront présentés par le réseau TVA, le Munk Debates et le Globe and Mail-Google Canada.

Les Conservateurs ont annoncé que M. Harper allait participer à cinq débats, mais n’ont toujours pas identifié le cinquième.

Dans une tentative de forcer une décision rapide, le NPD a fixé une date limite, affirmant qu’il allait considérer les propositions de débat jusqu’à 17 h, le 7 août.

Le NPD a aussi précisé que M. Mulcair allait prendre part à un nombre égal de débats en français et en anglais. Cela obligerait cependant M. Harper à participer à deux débats supplémentaires ou M. Mulcair à se retirer d’au moins un auquel il a promis d’être présent.