Naufrage à Pigeon Hill: «En une minute, le bateau a coulé»

Un bateau de pêche a fait naufrage dans la nuit de lundi à mardi, au large de Pigeon Hill. L’équipage a quitté l’embarcation à temps avant qu’elle ne coule, secouru par un autre pêcheur. Le capitaine nous raconte ce qui est arrivé.

«On rentrait au quai. On avait remonté les filets, fini la pêche. Avec la pluie, le vent et le poids de la cargaison, le bateau prenait l’eau. Malgré les trois pompes en action, rien n’y faisait. J’ai lancé une fusée de détresse», raconte Gaétan Chiasson.

Le Carl Mylène, son bateau nommé ainsi en l’honneur des deux enfants du capitaine, a fait naufrage dans la nuit.

Un pêcheur est venu secourir l’équipage – M. Chiasson et deux autres personnes – juste à temps.

«On était prêt à sauter dans l’eau», confie le capitaine.

«En une minute, le bateau a coulé. C’était stressant comme situation», rapporte Marcel Guignard.

Pêcheur de hareng lui aussi, il était en mer non loin de là quand le drame est arrivé vers 2 h 30. Il a tout vu.

La soirée avait pourtant bien commencé.

«On est parti après le souper. La météo était bonne», se souvient M. Chiasson.

Aux alentours de minuit, elle a brusquement changé. La pluie s’est mise à tomber; soufflant par rafales, le vent s’est levé.

«C’était des conditions spéciales cette nuit», confirme Marcel Guignard.

En 36 ans de métier, c’est la première fois que Gaétan Chiasson vit pareille mésaventure.

«Sur le coup, j’ai géré le stress. C’est quand je suis rentré chez moi que ç’a été plus dur. Je me suis repassé le fil (des événements de la nuit). J’ai pensé à ce qui aurait pu se passer.»

Ce résidant de Lamèque n’est pas le seul à rester marqué par cet événement.

«Des naufrages, j’en ai vu. C’est un choc à chaque fois. On se dit que ça pourrait être nous. Par chance pour l’heure, j’ai été épargné. Mais je me suis déjà retrouvé en difficulté», témoigne Marcel Guignard.

M. Chiasson ne se laisse pas abattre pour autant. Il va tenter de récupérer son bateau. Sinon, il en achètera un autre pour la saison prochaine – entamée le 23 août, la pêche au hareng prend fin cette semaine.

«Faut oublier ça et continuer», conclut-il.

Bien qu’il représente une lourde perte, ce naufrage ne fera pas couler le capitaine à pic.