Campagne de vote blanc à Moncton

Des affiches incitant le vote nul et le vote blanc aux prochaines élections fédérales font leur apparition à Moncton. Les pancartes encouragent les électeurs à faire exprès pour que leur vote soit rejeté.

 

Roger Ouellette, politicologue à l’Université de Moncton, explique que le vote blanc, qui consiste à ne voter pour aucun candidat, et le vote nul, soit le fait d’annuler son vote en votant pour plus d’un candidat ou en défigurant son billet de vote en dessinant dessus ou en le signant, sont des moyens à exprimer un mécontentement avec les choix dans sa circonscription.

«Pour différentes raisons, ils (les électeurs qui annulent leur vote) ne sont pas contents d’aucun des partis ou des candidats sur le bulletin de vote. C’est leur façon de dire “on rejette ce qui nous est proposé”. C’est un geste politique. Si tu restes chez toi, tu n’es pas allé voter, donc tu n’as pas fait ton devoir.»

Élections Canada est au courant des affiches, mais affirme que la question de leur légalité est ambiguë. L’organisme n’interviendra donc vraisemblablement pas à court terme.

«Pour l’instant, on observe la situation, mais selon la loi actuelle, ce n’est absolument pas clair», précise Françoise Enguehard, porte-parole d’Élections Canada.

La Loi électorale du Canada définit une publicité électorale comme étant la diffusion d’un message «favorisant ou contrecarrant un parti enregistré ou l’élection d’un candidat». Elle mentionne aussi que l’on doit «indiquer dans la publicité que sa diffusion est autorisée par l’agent officiel du candidat ou par l’agent enregistré du parti».

Dans ce cas en particulier, Isabelle LeBlanc, directrice des communications de la ville de Moncton, affirme que les affiches qui incitent au vote nul ne sont pas considérées comme étant des affiches électorales.

Les pancartes pour le vote nul sont uniques à Moncton dans le cadre de ces élections, selon Mme Enguehard. Des mouvements semblables ont cependant déjà été observés dans des élections en Europe, ainsi qu’au Québec et en Ontario, entre autres.
Lors des élections provinciales de 2014, certains électeurs s’étaient plaints de l’impossibilité d’annuler son vote sans que les travailleurs du bureau de scrutin soient avertis en raison du nouveau système de vote électronique. Cela ne posera pas de problème aux élections fédérales, car la vieille méthode de vote au papier sera utilisée. n
Tableau: Bulletins rejetés par circonscription en 2011. Entre parenthèses: le nombre total de votes.

Acadie-Bathurst: 595 (46 609)

Beauséjour: 534 (45 054)

Fredericton: 207 (44 798)

Fundy Royal: 238 (36 714)

Madawaska-Restigouche: 577 (35 574)

Miramichi: 348 (31 092)

Moncton-Riverview-Dieppe: 351 (49 075)

Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest: 188 (32 083)

Saint John: 176 (37 289)

Tobique-Mactaquac: 256 (33 920)