Le Village des valeurs accusé de profiter de la bonté des gens

Le prix d’un manteau vendu au Village des valeurs de Moncton a causé maintes réactions sur les médias sociaux la semaine dernière. Il était affiché à 200 $, alors que la compagnie d’articles usagés profite de dons pour garnir ses rayons.

C’est la directrice du Dépôt alimentaire de Moncton, un organisme de bienfaisance, qui a partagé la photo sur le profil Facebook de la compagnie. Chantal Senecal se dit dégoûtée de voir le Village des valeurs profiter de la bonté des gens.

«Je ne peux pas croire qu’ils vendent un manteau à un prix aussi élevé. Ce sont des dons de la communauté. Ils mentionnent haut et fort qu’ils aident des organismes de charité par l’entremise de dons, puis ils exploitent le bon cœur des citoyens pour se faire de l’argent.»

Le Village des valeurs est une compagnie américaine, mieux connu aux États-Unis sous le nom de Savers, qui invite les gens à faire des dons de vêtement, de meubles et autres articles sous prétexte qu’elle aide les organismes de bienfaisances.

Elle est toutefois une entreprise à but lucratif, ce que plusieurs personnes semblent ignorer.

La photo du manteau à 200 $ a généré un torrent d’indignation chez les internautes. Plusieurs ont appelé au boycottage de l’entreprise, dénonçant les prix généralement trop élevés pour des articles usagés.

Une visite sur place a permis de confirmer la mise en vente de plusieurs vêtements avoisinant les 100 $, dont des manteaux.

Contactée par l’Acadie Nouvelle, la gérante de la succursale de Moncton a indiqué que le prix de 200 $ affiché sur le manteau en question était erroné. Stephanie Painchaud explique qu’une équipe s’assure de fixer les prix adéquatement et qu’il arrive qu’une erreur survienne de temps à autre.

La gérante réfute toutefois les accusations selon lesquelles la franchise qu’elle opère présente une fausse image d’elle même en invitant la population à effectuer des dons à la compagnie.

«Nous n’avons jamais cherché à cacher que nous sommes une entreprise à but lucratif. Nous aidons deux organismes de charité dans la région, en plus de réduire le gaspillage. Tout ce que nous vendons a été acheté de nos partenaires à but non lucratif.»

Malgré ses visées pécuniaires, c’est surtout l’aspect communautaire que le Village des valeurs met en évidence sur son site web. L’entreprise encourage M. et Mme Tout-le-Monde à faire don de vêtements et d’articles à son «Centre de dons communautaire», soulignant que ceux-ci profiteront entre autres à l’Association canadienne du diabète.

NBC News rapportait mercredi que le Village des valeurs donne moins de 5 % de ses ventes aux organismes de bienfaisance. Bon an, mal an, l’entreprise génère un chiffre d’affaires frisant le 1,2 milliard $.

Il existe trois succursales du Village des valeurs au Nouveau-Brunswick, soit à Moncton, à Fredericton et à Saint-Jean.

Chantal Senecal indique qu’il est préférable de donner à la source. Elle déconseille vivement de donner au Village des valeurs.

«Au prix qu’ils vendent leurs vêtements, je ne vois pas le bénéfice que le Village des valeurs apporte à la communauté. C’est clairement du marketing pour se faire du profit. La Maison de Nazareth de Moncton vend des sacs remplis de linge pour quelques dollars. Imaginez!»

La polémique a permis à plusieurs citoyens de la région de s’informer sur le Village des valeurs.

Daniel Savoie a déjà donné des meubles et beaucoup de vêtements à la succursale de Moncton, mais depuis qu’il a vu la photo du manteau à 200 $, il s’est dit qu’il n’y mettra plus jamais les pieds. Le jeune homme se sent trompé par l’image que l’entreprise projette.

«Ça m’a bouleversé. On donne ce linge-là pour aider les gens et là ils se tournent de bord et vendent ça à 100 $, 200 $. Je n’ai même pas cet argent là à mettre sur du linge moi-même et je travaille à temps plein. Maintenant que je réalise qu’ils sont là pour faire de l’argent, ça m’a ouvert les yeux. Plus jamais.»