Offensive contre le radon dans la Péninsule

Le radon est une réalité préoccupante dans la province. L’Association pulmonaire du Nouveau-Brunswick souhaite profiter du Mois d’action contre le radon pour encourager les gens d’acheter des trousses de détection.

Le radon est un gaz radioactif invisible et inodore qui provient du sol. L’exposition prolongée au radon est la principale cause du cancer du poumon chez les non-fumeurs.

Environ 16 % des décès dus au cancer du poumon sont attribuables à l’exposition au radon. Les risques de décès augmentent considérablement pour un fumeur exposé au gaz.

Selon Santé Canada, en moyenne, les concentrations de radon dépassent le seuil de 200 becquerels par mètre cube (Bq/m3) dans 20,6 % des résidences au Nouveau-Brunswick. Ce chiffre s’élève à 40 % dans la région Chaleur et la Péninsule acadienne.

«C’est très élevé. Le danger du radon est son lien avec le cancer du poumon», explique Roshini Kassie, de l’Association pulmonaire du Nouveau-Brunswick et coordinatrice nationale du programme Occupe-toi du radon.

La seule façon de savoir si les taux de radon dans une résidence ne dépassent les normes est d’acheter une trousse de détection ou de faire appel à un spécialiste certifié. Mardi soir, près de 200 dosimètres ont été distribués gratuitement lors d’une session d’information à Tracadie.

«200 personnes chanceuses vont pouvoir faire un test de détection gratuitement, mais pour les autres, c’est très facile d’en trouver dans les quincailleries comme Home Hardware ou Kent. Ça coûte entre 30 $ et 40 $», dit-elle.

Les dosimètres sont également disponibles auprès de l’Association pulmonaire du Nouveau-Brunswick.

Mélanie Doiron, de la région de Pont-Lafrance, a participé au lancement du mois d’action contre le radon, mardi à Tracadie. La jeune femme âgée de 26 ans a l’intention de mesurer les concentrations de radon dans sa maison.

«Je suis venue parce que c’est inquiétant de savoir qu’il peut y avoir du radon dans ma maison. Je suis venue chercher de l’information. J’en ai entendu parler dans les médias. Dernièrement, on en entend parler souvent.»

Que faire par exemple si le dosimètre détecte des concentrations élevées de radon dans une demeure? Les méthodes de réduction peuvent s’avérer coûteuses, soit entre 2000 $ et 3000 $.

L’Association pulmonaire tente de rendre l’intervention plus abordable.

«Nous avons approché le gouvernement fédéral l’année dernière, mais comme vous savez, il y a maintenant un nouveau gouvernement, alors on va s’essayer encore. (…) Nous demandons aux premiers ministres provinciaux et territoriaux ainsi que les ministres de la Santé de faire quelque chose. Il faut mettre en place les politiques pour aider les gens avec le radon parce que c’est un grave problème de santé publique. Il n’y a vraiment rien qui se passe au Canada.»

Plus de renseignements sont disponibles sur Internet (www.occupetoiduradon.ca).