La Péninsule acadienne se penche sur son avenir

Le passage récent de l’environnementaliste Steven Guilbeault dans la Péninsule acadienne en a inspiré quelques-uns. Son message d’espoir a incité Nancy Juneau et Renée Blanchard, deux amies de longue date, à pondre un texte qui invite les gens à imaginer la Péninsule acadienne autrement.

Frédérick Dion, directeur général de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick. -Acadie Nouvelle: David Caron
Frédérick Dion, directeur général de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick. -Acadie Nouvelle: David Caron

Selon elles, le modèle de développement économique traditionnel s’essouffle. Elles souhaitent voir différents acteurs communautaires s’asseoir autour d’une table afin de développer des projets collectifs, pour les futures générations, qui changent notre perception des choses.

Les deux femmes ont apporté leur message d’espoir à une rencontre à Shippagan organisée dans le cadre d’une tournée de consultations qui va mener au deuxième Sommet sur le développement des régions. Le Sommet aura lieu les 13 et 14 novembre à Miramichi.

«C’est un heureux hasard que nous soyons allées voir Steven Guilbeault et que nous nous soyons rendu compte qu’il y avait une consultation. Une belle occasion pour nous, car il s’agit d’un rassemblement de gens qui ont à cœur le développement de leur région. C’est l’occasion de semer des graines et de lancer des idées. On veut mettre ces idées dans l’espace public et voir s’il y a de l’appétit», dit Nancy Juneau.

Le message a été reçu positivement, ajoute-t-elle.

«Nous avons reçu beaucoup de commentaires positifs. C’est beaucoup plus motivant de travailler dans un esprit comme celui-là que de gratter les bobos et d’énumérer ce qui ne va pas. On sait ce qui ne va pas. Concentrons-nous sur ce qui est intéressant.»

La Péninsule acadienne semble être ouverte à la discussion. Près de 80 personnes issues de tous les horizons ont participé à la réunion de Shippagan, soit la onzième rencontre publique organisée par l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick en collaboration avec l’Union des municipalités du Nouveau-Brunswick. Une dernière rencontre a eu lieu jeudi à Quispamsis.

Les idées récoltées lors de la tournée vont alimenter les discussions lors du Sommet sur le développement des régions à Miramichi, explique Frédérick Dion, directeur général de l’Association francophone des municipalités.

«Ça va être la trame de fond de nos discussions. On a voulu écouter ce qui a été dit. On va ressortir les grandes lignes. Après le sommet, on veut être en mesure de sortir quelque chose de concret. On va identifier les pièces du casse-tête et voir comment on peut s’y attaquer. Selon moi, le sommet n’est qu’une étape vers quelque chose qui peut renforcer les régions.»

Lors du Sommet à Miramichi, Claire Bolduc, présidente de Solidarité rurale du Québec, et Michael Shuman, un spécialiste du développement communautaire américain et auteur de renommée mondial, y seront à titre de conférenciers.

Pour plus de renseignements sur son site.