Le cerveau des attentats de Paris a été tué

Le cerveau présumé des attentats de Paris de la semaine dernière, qui ont fait 129 morts et des centaines de blessés, a été tué dans l’opération policière de mercredi à Saint-Denis, a confirmé jeudi le procureur de Paris.

Dans un communiqué, le bureau du procureur François Molins a indiqué que le corps d’Abdelhamid  Abaaoud avait été trouvé dans un immeuble visé par l’opération policière de mercredi. Des échantillons cutanés ont permis de l’identifier.

Jusqu’alors, les autorités n’avaient pas confirmé si le Belge, 27 ans, avait été tué dans la descente, qui a fait deux morts. L’autre mort serait une femme qui s’est fait exploser dans l’opération.

L’intervention majeure lancée mercredi visait à capturer Abaaoud, que les autorités soupçonnaient d’être l’auteur des attaques survenues vendredi dans la capitale française, qui ont fait 129 morts et quelques centaines de blessés.

Selon les dernières informations disponibles, Salah Abdeslam, un autre suspect en cavale, n’avait pas été arrêté.

Alors que la France reste sous le choc des attentats meurtriers survenus à Paris la semaine dernière, le premier ministre, Manuel Valls, a évoqué jeudi la crainte que les extrémistes islamistes en viennent aux armes chimiques et bactériologiques, et exhorté les députés à prolonger de trois mois l’état d’urgence décrété vendredi dernier.

Devant l’Assemblée nationale, M. Valls a déclaré que le terrorisme s’était abattu sur la France, non pas à cause de sa participation dans des opérations militaires en Irak et en Syrie, mais «pour ce qu’elle est». Il a ajouté savoir qu’il existe un risque d’armes chimiques, sans toutefois affirmer être au courant d’une menace spécifique.