Brian Macdonald ne veut pas restreindre l’accès à l’avortement

Brian Macdonald n’a pas l’intention de restreindre l’accès à l’avortement s’il devient premier ministre du Nouveau-Brunswick.

Le candidat à la direction du Parti progressiste-conservateur a fait cette déclaration aux médias en marge de l’annonce de sa candidature, la semaine dernière.

Le député de Fredericton-Ouest-Hanwell est le premier candidat à se lancer dans la course dont les règlements doivent être annoncés officiellement samedi.

«Je n’ai pas l’intention de changer le système dans sa forme actuelle. Le système fonctionne», a répondu M. Macdonald à un journaliste qui lui avait demandé s’il comptait réinstaurer la «règle des deux médecins» qui a été abolie par le gouvernement libéral de Brian Gallant en 2014.

«Je pense que nous avons un système en place en ce moment qui fonctionne vraiment bien. Je pense que dans la province du Nouveau-Brunswick, c’est la profession médicale qui devrait décider si une procédure est médicalement nécessaire», a-t-il ajouté.

Le Parti progressiste-conservateur compte de nombreux opposants à l’avortement dans ses rangs. La majorité du caucus conservateur a l’habitude de se présenter à la manifestation annuelle contre l’avortement devant l’Assemblée législative.

Avant la modification du règlement 84-20 par les libéraux, les femmes devaient obtenir la certification écrite de deux médecins selon lesquels la procédure était «médicalement nécessaire» avant de pouvoir subir un avortement payé par l’assurance-maladie dans l’un des deux hôpitaux autorisés du Réseau de santé Vitalité à Bathurst ou à Moncton.

Dans le sillage de l’abolition de la règle des deux médecins, le gouvernement provincial a aussi exigé auprès du Réseau de santé Horizon qu’il fasse lui aussi des interruptions volontaires de grossesse. Horizon a ouvert quelques mois plus tard une seule clinique d’avortement à Moncton.

Des groupes de femmes réclament des services d’avortement couvert par l’assurance-maladie à Saint-Jean et à Fredericton, les deux autres centres urbains sous la juridiction du Réseau de santé Horizon.

La Clinique 554 de Fredericton offre aussi des avortements, mais la procédure n’est pas remboursée par l’assurance-maladie.

L’an dernier, 564 avortements ont été effectués au sein du système public de santé au Nouveau-Brunswick, dont 59 auprès de femmes de l’Île-du-Prince-Édouard en vertu d’une entente entre le Réseau Horizon et le gouvernement insulaire.