La maison de Jackie Vautour enfin rénovée

La maison de Jackie Vautour a enfin été rénovée. Les travaux devaient avoir lieu à l’automne 2014, mais ils ont été retardés après avoir été bloqués par Parcs Canada.

Un groupe mené par Jean-Marie Nadeau et la famille de Jackie et Yvonne Vautour avait mené une campagne de financement à l’été 2014 pour rénover la dernière résidence sur le territoire du Parc national Kouchibouguac.

La collecte avait connu un certain succès. Le groupe avait même trouvé une maison mobile pour les Vautour, et des travaux de rénovation étaient prévus afin d’aider le couple octogénaire à traverser l’hiver.

Cependant, avant que la construction débute, Parcs Canada est intervenu. Considérant toujours «l’occupation» de M. Vautour comme illégale, les administrateurs du parc ont augmenté la sécurité afin de prévenir l’installation de nouvelles infrastructures.

«Chaque fois que quelqu’un entrait, ils (les gardes) étaient plantés là pour les arrêter et vérifier s’ils avaient quelque chose pour arranger la petite cabane», explique Edmond Vautour, fils de Jackie.

Jackie et Yvonne, respectivement âgées de 86 et 82 ans, ont donc traversé l’hiver 2015 sans eau et sans électricité, dans une roulotte aménagée à côté d’une petite cabane. La structure n’était pas à l’épreuve des couleuvres et aux insectes, qui s’y infiltraient régulièrement.

Après l’échec de l’automne 2014, un groupe de sympathisants de la cause de Jackie Vautour, menés par Adrien Vautour et Rosario et Ovila Comeau, ont tenté leur chance de nouveau l’an dernier. Cette fois, aucun garde de Parcs Canada ne les attendait aux entrées du parc.

«Ils ont installé un mur et un nouveau plancher. On a acheté un nouveau poêle, et une nouvelle porte. Ça aide beaucoup mes parents», mentionne M. Vautour.

«Je voudrais donner un gros merci de ma part et de la part de la famille au monde qui avait fait des dons. Cet argent-là a enfin pu être utilisé pour arranger la cabane», assure-t-il.

L’histoire de Jackie Vautour remonte à la fin des années 1960, lors de la création du parc national Kouchibouguac. Afin de créer le parc, les gouvernements provincial et fédéral ont exproprié quelque 250 familles qui habitaient les 7 villages sur le territoire visé.

Au cours des années 1970, les expropriés ont mené plusieurs manifestations afin de s’exprimer contre leur sort. Tous les résidants ont fini par déménager ailleurs, à l’exception de Jackie Vautour et sa famille.

Plus de 40 ans plus tard, M. Vautour poursuit sa lutte contre le gouvernement fédéral et Parcs Canada.

En décembre, un recours représentatif contre le gouvernement fédéral a été déposé en son nom, en tant que représentant de 99 familles expropriées de Kouchibouguac. Ils soutiennent qu’en raison du métissage historique entre leurs ancêtres et les peuples autochtones, ils ont un titre autochtone sur la région.