L’avenir du Fort Beauséjour à l’étude

Parcs Canada demande l’avis du public dans l’élaboration de son plan pour l’avenir du Fort Beauséjour et des autres lieux historiques près de la frontière du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. Ottawa espère augmenter le nombre de visiteurs.

Le gouvernement fédéral veut développer une vision, des stratégies et des objectifs pour les dix prochaines années aux sites de l’isthme de Chignecto. Ces sites comprennent les Fort Lawrence, Beaubassin et le Fort Gaspareau, en plus du Fort Beauséjour.

Les meneurs de l’initiative proposent trois angles d’attaque. Ils veulent d’abord faire des lieux historiques des incontournables de la région. Ils veulent également renforcer les liens avec les personnes et les groupes qui apprécient les lieux. Ils souhaitent enfin améliorer la valeur patrimoniale des sites.

Le public peut faire part de ses idées lors d’une journée portes ouvertes, le 3 mars, à l’Université Mount Allison de Sackville. La population peut également partager ses recommandations par courriel, par les médias sociaux et par écrit jusqu’au 4 mars.

La construction du Fort Beauséjour a commencé en avril 1751, dans une région contestée entre les Britanniques et les Français. Le gouverneur de la Nouvelle-France a commandé son édification en réaction à celle du Fort Lawrence, l’automne précédent.

Les forces françaises et britanniques ont tenu leurs forteresses respectives pendant quatre ans, jusqu’en juin 1755. C’est alors que les Britanniques ont monté une puissante offensive de deux semaines qui a enfin réussi à percer la défensive française, dans le cadre de la guerre de Sept Ans.