Une course à obstacles… entre mascottes!

Quatre mascottes se sont affrontées dans une course d’obstacles, dimanche à Caraquet, pour le plus grand plaisir du public. Glissades et difficultés pour les concurrents, fous rires et amusement pour les spectateurs.

À Caraquet, les activités du congé de mars démarrent en fanfare, avec lancement officiel. Elles se terminent en catimini. Constatant cela, Linda Dalpé, la présidente du Club plein air de la ville (le CPAC) a eu l’idée d’organiser une compétition de mascottes.

La première édition a eu lieu dimanche après-midi, sur le plateau là où se situe le terrain de base-ball. Quatre mascottes se sont affrontées, chacune ayant pour ambition de terminer le parcours le plus rapidement possible et ainsi décrocher la première place. Pour les départager, les organisateurs leur avaient concocté un circuit parsemé d’embûches.

Elles devaient tout d’abord se laisser glisser depuis le haut d’une butte, franchir des fines poutres posées en équilibre (et ce, sans poser le pied par terre sous peine de pénalités), passer par-dessus (ou par-dessous) une barrière, avancer en sautant dans des cerceaux, lancer des ballons dans une cible et revenir à leur point de départ en remontant la butte…

Rien ne leur a été épargné. Il leur a même fallu se démarquer lors d’épreuves de mimes et de danse. La victoire s’est jouée sur le fil entre Tuc-Tuc, la mascotte de Centre-Ville Caraquet, et Acajou, celle de la société des Jeux de l’Acadie.

Tuc-Tuc a été plus forte qu’Acajou qui a fini ex æquo avec Plum, la mascotte de la Polyvalente Louis-Mailloux. Mister tips, la représentante du programme Échec au crime, s’est montrée la moins performante en se hissant sur la troisième marche du podium.

En exclusivité, l’Acadie Nouvelle a recueilli les confidences de Tuc-Tuc: «Monter la butte contre le vent a été le plus éprouvant», raconte-t-elle essoufflée.

Ce qui a fait la différence? «Tuc-Tuc court vite», assure une admiratrice.