Invalidité: Marcel Daigle gagne enfin sa cause

Après plus de trois ans de lutte, Marcel Daigle, un survivant de cancer de Pointe-Sapin, obtiendra des prestations d’invalidité du gouvernement fédéral.

Il lui a fallu plus de trois ans, mais Marcel Daigle a enfin eu gain de cause devant le Tribunal de la sécurité sociale du Canada. Le chèque mensuel qu’il reçoit d’Ottawa sera bonifié jusqu’à son 65e anniversaire, en juillet 2017.

À l’heure actuelle, M. Daigle reçoit environ 300$ par mois en prestations de retraite anticipée du Régime de pension du Canada. Les prestataires du programme d’invalidité reçoivent en moyenne 928,08$.

La décision du tribunal sera appliquée avec effet rétroactif à janvier 2013.

Rachelle Daigle, l’épouse de Marcel, a reçu la décision du tribunal il y a à peine une semaine. Elle n’en croyait pas ses yeux.

«Je suis tombé à genou! J’ai dit “on l’a! On l’a!”»

«J’ai appelé à Ottawa pour être certaine que je comprenais bien. Un homme m’a dit que l’Agence du revenu du Canada allait faire les calculs, puis nous envoyer le chèque. Je suis encore sous le choc.»

Le dossier remonte à 2012, quand Marcel Daigle travaillait au West Edmonton Mall, en Alberta. L’homme de Pointe-Sapin est tombé gravement malade. Il a été diagnostiqué d’un cancer du larynx. En décembre, il a subi une laryngectomie totale. La chirurgie l’a laissé avec un trou dans la gorge.

En janvier 2013, M. Daigle a fait une demande pour des prestations d’invalidité du Régime de pensions du Canada. Sa demande a été rejetée.

Il a donc interjeté appel devant le Bureau du Commissaire des tribunaux de révision. En avril, le dossier a été transféré à la Division générale du Tribunal de la sécurité sociale du Canada.

Presque deux ans plus tard, en mars 2015, le tribunal a rejeté l’appel. Il affirmait que l’Acadien n’avait pas réussi à prouver qu’il avait une invalidité grave et prolongée avant le 30 septembre 2012, soit un mois avant sa retraite.

Tout récemment, le tribunal a changé son fusil d’épaule. Après avoir admis de nouvelles preuves médicales, il a reconnu que M. Daigle était invalide avant le 30 septembre 2012.

Les preuves en question comprennent un diagnostic de cancer du larynx et de l’amygdale droit, émis par un médecin albertain le 14 septembre 2012.

Le tribunal a aussi reconnu que M. Daigle a seulement travaillé après le 30 septembre parce qu’il occupait un poste peu exigeant créé par un «employeur philanthropique, encourageant et flexible» afin qu’il soit admissible pour des prestations d’assurance-emploi.

Les prestations d’invalidité permettront à la famille Daigle de payer les coûts associés aux séquelles du cancer.

«Pour nous, la maladie va toujours continuer. Ça implique de grosses dépenses. Là, on aura cette somme qui va aider un peu», explique Mme Daigle.

La décision du tribunal a été prise le 9 mars. Lundi, les Daigle attendaient toujours leur première prestation d’invalidité.

Chronologie des événements

Mai 2012: Marcel Daigle ressent de légères douleurs à la gorge.

Août 2012: Ne pouvant presque plus avaler, M. Daigle, qui travaillait en Alberta, se rend à l’hôpital.

Septembre 2012: M. Daigle reçoit un diagnostic de cancer du larynx, mais continue de travailler.

Octobre 2012: M. Daigle retourne au Nouveau-Brunswick. En état critique, il est transporté à l’hôpital d’urgence.

Décembre 2012: En raison de son cancer, M. Daigle subit une laryngectomie totale, qui lui laisse un trou dans la gorge.

Janvier 2013: M. Daigle fait une demande de prestations d’invalidité du Régime de pension du Canada. Elle est rejetée.

Mars 2015: Un appel devant la Division générale du Tribunal de la sécurité sociale est rejeté.

Mars 2016: Le tribunal annule sa décision, et donne raison à M. Daigle.