Un premier cas d’infection au virus Zika au Nouveau-Brunswick

Le ministère de la Santé a confirmé vendredi un premier cas d’infection au virus responsable de malformation du crâne chez les nouveau-nés.

Dans un communiqué, le ministère indique que la personne infectée a récemment voyagé dans une région touchée par l’éclosion.

Elle n’a pas nécessité d’hospitalisation après avoir contracté le virus et s’est rétablie de sa maladie. Le gouvernement refuse de dévoiler tout détail sur l’identité de l’individu, la région dans laquelle il réside, et la destination de laquelle il revient.

Archives
Archives

Le plus souvent, le virus ne présente aucun danger, puisqu’il provoque généralement des symptômes de rhume ou de grippe légère. Chez 80% des personnes infectées, le virus passe même inaperçu.

Le risque pour les femmes enceintes est plus sérieux. Le virus peut endommager des cellules cérébrales du foetus qui sont cruciales au développement du cerveau, soit en les tuant, soit en les empêchant de se multiplier.

Au Brésil, plusieurs centaines de cas de microcéphalie ont été recensés chez des nouveau-nés, une malformation congénitale grave qui gêne le développement de la tête et du cerveau du bébé.

Le virus Zika se transmet aux êtres humains principalement par les piqûres de moustiques infectés. Une quarantaine de pays sont touchés par l’épidémie, en particulier en Amérique du Sud, dans les Antilles et certains pays d’Afrique et d’Asie.

La médecin-hygiéniste en chef par intérim, la Dre Jennifer Russell, assure cependant que la probabilité d’une épidémie est limitée dans la province.

«Dans l’ensemble, le risque est très faible pour les Néo-Brunswickois, car les espèces de moustiques qui peuvent transmettre le virus ne peuvent pas survivre à la température froide du Nouveau-Brunswick et du Canada.»

Les autorités sanitaires recommandent aux voyageurs choisissant ces destinations de se protéger contre les piqûres, en utilisant un insectifuge, des vêtements de protection ainsi que des moustiquaires.

Les voyages vers les régions touchées par l’éclosion du virus Zika sont fortement déconseillés aux femmes enceintes. Les femmes qui souhaitent devenir enceintes devraient attendre au moins deux mois après leur retour avant de tenter de concevoir.

La transmission du virus Zika par voies sexuelles a été signalée, bien qu’elle soit très rare. Le ministère de la Santé demande donc aux hommes ayant voyagé vers un pays touché d’utiliser un condom pendant six mois après leur retour s’ils ont des rapports avec une femme enceinte ou qui pourrait le devenir.

-Avec la collaboration du journaliste Mathieu Roy-Comeau