Remaniement ministériel: les francophones perdent du galon

Brian Gallant brasse les cartes et procède à un remaniement ministériel majeur. Les francophones, qui occupaient la plupart des postes clés, voient leur influence diminuer au sein du cabinet.

Le premier ministre a annoncé la composition de son équipe de ministres, lundi avant-midi à Fredericton. À un peu plus de deux ans des prochaines élections générales, il donne un sérieux coup de barre.

Il a affirmé qu’il s’agit d’un remaniement «qui va vraiment nous aider comme gouvernement à améliorer la qualité de vie des gens de la province du Nouveau-Brunswick».

La ministre des Finances du Nouveau-Brunswick, Cathy Rogers. Elle est la première femme de l'histoire à occuper ce poste. - Acadie Nouvelle: Raiche-Nogue
La ministre des Finances du Nouveau-Brunswick, Cathy Rogers. Elle est la première femme de l’histoire à occuper ce poste. – Acadie Nouvelle: Raiche-Nogue

La députée de Moncton-Sud, Cathy Rogers, qui était ministre du Développement social, remplace Roger Melanson au ministère des Finances. Elle est la première femme de l’histoire à occuper ce poste au Nouveau-Brunswick.

Quant à Roger Melanson, il est muté à la présidence du Conseil du trésor. Il est le premier à occuper ce nouveau poste.

La création du Conseil du trésor a été annoncée le mois dernier. Il remplace le ministère des Ressources humaines et sera responsable des ressources humaines, de la surveillance des finances et de la gestion de l’information.

Le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance passe de Serge Rousselle à Brian Kenny. Serge Rousselle se voit confier le ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux. Comme il est le seul avocat du caucus libéral (à part Brian Gallant), il demeure procureur général.

Quant à Francine Landry, elle hérite du Développement économique et d’Opportunités NB. Elle demeurera responsable de la Francophonie. Donald Arseneault, qui était ministre de l’Énergie et des Mines, lui succède au ministère de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail.

Le député Hédard Albert, qui était le leader parlementaire du gouvernement à l’Assemblée législative, est le seul à quitter le conseil des ministres. Il a annoncé la semaine dernière qu’il prendra sa retraite en 2018. Ses responsabilités au cabinet sont confiées à Rick Doucet.

Ce dernier hérite aussi d’à peu près tous les portefeuilles associés aux ressources naturelles. Il demeure ministre de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches et devient ministre du Développement de l’énergie et des ressources.

Le nouveau cabinet ne compte que deux nouveaux venus: les anglophones John Ames (Tourisme, Patrimoine et Culture) et Lisa Harris (Aînés et Soins de longue durée, Affaires celtiques).

Les francophones moins influents

Plusieurs ministres francophones qui occupaient des postes importants ont été rétrogradés et remplacés par des anglophones. Brian Gallant affirme que ces changements n’ont «pas du tout» de lien avec la montée de tensions linguistiques au Nouveau-Brunswick ces derniers temps.

Il explique après les élections de 2014, il a formé son cabinet en accordant beaucoup d’importance à l’expérience de ces députés. Comme plusieurs de ses vétérans étaient des francophones, ils ont été nommés à des postes importants, dit-il.

Selon lui, les nouveaux députés, dont bon nombre sont anglophones, ont gagné de l’expérience au cours des deux dernières années et c’est pourquoi il a promu certains d’entre eux.

«Cette fois, on a cherché des gens qui nous donneraient l’énergie et les idées dont on avait besoin dans divers ministères afin de faire progresser notre province.»

Le chef de l’opposition officielle, Bruce Fitch, y voit plutôt une manœuvre purement politique. «Pour le premier ministre, ça revient toujours à la politique et où il va aller chercher ses appuis lors des prochaines élections. Il a retiré des ministères clés à des francophones pour les donner à des députés du Sud, où il espère avoir plus d’appuis», dit-il en interview téléphonique.

Bruce Fitch affirme qu’il aurait aimé voir de nouveaux visages au cabinet. Il estime que le gouvernement est aux prises avec des problèmes de direction qui ne seront pas réglés par un simple jeu de chaises musicales.

«Je suis déçu par les changements. Je ne suis pas très impressionné et je ne dis pas juste ça parce que je suis dans l’opposition. Ça ne règle pas la crise de leadership à laquelle fait face Brian Gallant. Il avait l’occasion d’injecter du sang neuf provenant de l’arrière-ban.»

Le chef du Parti vert, David Coon, a pour sa part réagi en conseillant à Brian Gallant de collaborer davantage avec ses ministres et de ne pas les «reléguer aux lignes de côté». Selon lui un remaniement le suffit pas à «rendre le gouvernement plus efficace».

Il ajoute que même si le nombre de ministres est passé de 13 à 14, il y a encore trop peu de membres au sein du cabinet. Certains d’entre eux, comme Rick Doucet, ont trop de responsabilités, selon lui.

Voici la liste complète des membres du conseil des ministres du Nouveau-Brunswick:

  • Brian Gallant, premier ministre, président du Conseil exécutif, ministre responsable du Fond pour l’éducation et la nouvelle économie, ministre responsable de l’Innovation, ministre responsable du Conseil du premier ministre sur la condition des personnes handicapées, ministre responsable des Affaires rurales, ministre responsable de l’Égalité des femmes;
  • Stephen Horsman, vice-premier ministre, ministre des Familles et des Enfants, qui assurera également la liaison entre le gouvernement provincial et les forces armées;
  • Denis Landry, ministre de la Justice et de la Sécurité publique;
  • Donald Arseneault, ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, ministre responsable des Affaires intergouvernementales, ministre responsable des Langues officielles; ministre responsable de la Société de développement régional;
  • Rick Doucet, ministre de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches, ministre du Développement de l’énergie et des ressources, leader parlementaire du gouvernement;
  • Victor Boudreau, ministre de la Santé, leader parlementaire adjoint du gouvernement;
  • Ed Doherty, ministre de Service Nouveau-Brunswick, ministre responsable des Affaires autochtones, ministre responsable de la Réduction de la pauvreté et de la Société d’inclusion économique et sociale;
  • Brian Kenny, ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance;
  • Bill Fraser, ministre des Transports et de l’Infrastructure, ministre responsable des Fonds du Nord et de Miramichi;
  • Roger Melanson, président du Conseil du Trésor, ministre responsable de la Politique d’expansion du commerce;
  • Francine Landry, ministre du Développement économique, ministre responsable de la Francophonie, ministre responsable d’Opportunités NB;
  • Cathy Rogers, ministre des Finances, ministre responsable de la Littératie;
  • Serge Rousselle, ministre de l’Environnement et des Gouvernements locaux, procureur général;
  • John Ames, ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture;
  • Lisa Harris, ministre des Aînés et des Soins de longue durée, ministre responsable des Affaires celtiques.