Norbert Thériault: un politicien respecté et redouté

Norbert Thériault, qui a rendu l’âme le week-end dernier à l’âge de 95 ans, n’est pas passé inaperçu durant sa longue carrière. Ceux qui l’ont côtoyé dans l’arène politique gardent le souvenir d’un homme respectueux et fonceur qui avait à coeur la justice sociale.

Député provincial de 1960 à 1979, Norbert Thériault a été un gros joueur dans le gouvernement de Louis J. Robichaud. Il n’a pas été que spectateur des grandes réformes sociales de l’époque.

Selon Robert Pichette, qui a été le chef de cabinet de Louis J. Robichaud dans les années 1960, Norbert Thériault a joué un grand rôle dans la mise en oeuvre de changements majeurs par les libéraux.

«C’est lui qui a fait adopter ou modifier entre 125 et 130 lois. Ce n’est pas rien et c’est lui qui a tout géré ça durant le programme de Chances égales pour tous. Il était sur ses jambes constamment en chambre», dit-il en entrevue.

Il se souvient d’un travailleur acharné qui n’avait pas peur du boulot. «C’était un bourreau de travail. Il aimait travailler et il ne s’en plaignait jamais. Il abattait un travail énorme.»

À l’instar de Louis J. Robichaud, Norbert Thériault croyait qu’il fallait mieux traiter les plus démunis et que la justice sociale était primordiale, affirme Robert Pichette.

«Il était exactement comme Louis Robichaud. Ils avaient tous les deux la même
philosophie libérale, c’est-à-dire la passion contre les inégalités. Ces deux là étaient faits pour s’entendre dès le départ.»

Frank McKenna a côtoyé Norbert Thériault en 1971 lorsque ce dernier a brigué sans succès la chefferie du Parti libéral du Nouveau-Brunswick. Dans le début de la vingtaine, Frank McKenna s’était joint à son équipe de campagne.

«J’aimais sa passion, son idéalisme et sa dévotion au “monde ordinaire”. Il était un géant de la politique néo-brunswickoise et a fait une énorme différence», affirme-t-il dans un courriel.

Un adversaire redoutable, mais respectueux

Norbert Thériault a aussi marqué les politiciens avec qui il croisait le fer à l’Assemblée législative.

C’est ce qu’explique l’ex-député progressiste-conservateur Omer Léger, qui lui a fait face de 1971 à 1978. Les libéraux formaient alors l’opposition officielle.

Il raconte que Norbert Thériault était un adversaire redoutable qui avait un «excellent jugement» et qui était doté d’une capacité «d’analyse assez solide».

Il était craint dans les rangs du gouvernement, dit-il.

«Lorsque (Norbert) Thériault se levait pour poser une question les genoux nous tremblaient parce qu’on savait que Norbert Thériault ne demandait pas une question si lui-même n’avait pas la réponse.»

Il affirme cependant qu’il savait laisser la rivalité politique en chambre lorsque les travaux prenaient fin. Il savait s’assurer que les hostilités ne se poursuivent pas à l’extérieur de l’Assemblée législative.

«Ce que je me souviens de lui, c’est qu’il avait un respect énorme pour les règlements de la Chambre. En chambre, Norbert Thériault était un député. Mais lorsqu’on allait dîner au Beaverbrook le midi, c’était Norbert Thériault de Baie-Sainte-Anne. Il pouvait faire la distinction.»

Robert Pichette abonde dans le même sens. «On avait des égards pour les autres. Lui, Norbert Thériault, il en avait naturellement. C’était un homme d’une très, très grande courtoisie. Je ne l’ai jamais vu perdre le nord sur le parquet de la Chambre non plus.»

Les funérailles célébrées vendredi à Baie-Sainte-Anne

Norbert Thériault est décédé dimanche, à Shediac, entouré de sa famille. Il avait 95 ans.

Ses funérailles auront lieu vendredi le 24 juin à 16h en l’église Sainte-Anne de Baie-Sainte-Anne.

La famille accueillera les membres du public jeudi et vendredi au salon funéraire Soeur Blandine-Martin, situé dans l’église de Baie-Sainte-Anne. Ils y seront de 14h à 16h et de 19h à 21h jeudi. Vendredi, ils y seront de 14h à 16h.

La carrière de Norbert Thériault en bref

Norbert Thériault naît à Eel River Bridge, près de Baie-Sainte-Anne, en 1921. Il devient conseiller scolaire en 1948 et demeure en poste jusqu’en 1961.

En 1960, il devient conseiller municipal. Peu après, il est élu sous la bannière libérale dans la circonscription de Northumberland.

Il fait son entrée au cabinet de Louis J. Robichaud en 1965, à titre de ministre des Affaires municipales, puis devient ministre de la Santé et du Bien-être social en 1967.

Ces postes l’amènent à jouer un rôle de premier plan dans la mise en oeuvre du programme Chances égales pour tous.

En 1971, dans la foulée de la défaite des libéraux aux mains des progressistes-conservateurs de Richard Hatfield, Norbert Thériault se lance dans la course à la direction afin de succéder à Louis J. Robichaud. Sa tentative ne porte pas ses fruits.

Près de 20 ans plus tard, l’un de ses fils réussira là où il a échoué. En 1998, Camille Thériault devient brièvement le chef du Parti libéral et le premier ministre du Nouveau-Brunswick.

Norbert Thériault demeure député jusqu’en 1979. Il est alors nommé au Sénat par Pierre Elliott Trudeau. Il prend sa retraite en 1996 à l’âge de 75 ans.

À LIRE AUSSI: L’Acadie pleure un de ses parlementaires les plus influents