Une association pro-anglophone fait sa publicité à Moncton

L’Association pour les droits des anglophones du Nouveau-Brunswick (ARANB) tente de gagner en visibilité au centre-ville de Moncton.

English have rights too (Les anglophones ont aussi des droits), peut-on désormais lire sur un panneau publicitaire situé à l’intersection des rues Main et King.

Les militants anti-bilinguisme ont choisi la ville, pourtant officiellement bilingue, pour diffuser leur première publicité de ce type.

Le panneau est également une invitation à leur réunion publique qui se tiendra le jeudi 11 août à l’aréna Kay de Moncton. Il y sera question «des barrières à l’emploi», «de l’échec du système d’éducation» et des coûts des lois linguistiques.

Le message apparaîtra six secondes par minute au cours des trois prochaines semaines. L’organisation aurait pour cela déboursé 1000$, obtenus grâce à des dons.

«Merci à tous ceux qui ont contribué et qui ont permis de faire de notre premier panneau une réalité. Nous espérons en ajouter davantage dans les autres communautés tant que les dons continuerons à rendre cela possible», a publié l’Association des droits des anglophones sur sa page Facebook. Commentaires haineux, attaques contre la commissaire aux langues officielles et autres théories du complot se retrouvent régulièrement sur le groupe.

Clamant défendre les droits des opprimés de la communauté linguistique majoritaire, L’ARANB a fait une première apparition publique lors d’une manifestation devant l’Assemblée législative, en mai.

Le panneau publicitaire a rapidement fait réagir. Jean-Sébastien Levesque, comédien et animateur à la radio BO-FM, y voit une action symbolique.

«J’imagine qu’ils voient Moncton comme une place forte anglophone qui a été prise, dit-il. Les personnes en position de privilège se voient opprimées lorsque d’autres se battent pour l’égalité. Pour nous autres francophones en situation minoritaire, ça ne fait aucun sens alors qu’il faut se défendre à tous les jours pour garder nos acquis. Ils n’ont pas besoin de se battre pour quoique ce soit et ne comprennent pas notre réalité.»