Forum social mondial: un pas en avant pour une société plus juste

De l’avis de Dianne Léger, le Forum social mondial qui s’est déroulé la semaine dernière à Montréal a permis de franchir un pas de plus vers une société où règnerait un monde plus juste et équitable.

La Monctonienne d’origine est tout juste de retour d’un séjour d’une semaine dans la métropole québécoise, où elle a participé au Forum social mondial en tant que représentante de l’organisme humanitaire et de solidarité internationale Développement et Paix.

«Un évènement du genre permet de constater à quel point différents organismes peuvent travailler à améliorer le sort de la société et la rendre plus juste et équitable», a expliqué Mme Léger, qui est responsable de la pastorale au diocèse de Moncton.

Mme Léger est l’une des rares personnes à provenir du Nouveau-Brunswick parmi les 35 000 participants au Forum. Elle se dit enchantée par l’expérience vécue dans le cadre de l’évènement.

«C’est quelque chose à vivre afin de réaliser tout le courage et la vision qu’ont ces organismes pour la justice sociale», dit-elle.

Ce 12e Forum social mondial a donné lieu à 1200 activités autogérées, à 200 activités culturelles et à six forums parallèles.

Dianne Léger s’est particulièrement intéressée au Forum mondial de théologie et libération, où il était question de la place nécessaire de l’Église dans la lutte aux inégalités sociales et dans l’aide aux personnes démunies et aux peuples opprimés.

«C’était un forum parmi tant d’autres, mais avec le même objectif: d’avoir un monde meilleur», affirme Mme Léger.

Elle a également suivi de près les discussions portant sur un revenu de base pour les citoyens et comment cela pourrait s’avérer être une innovation sociale majeure au 21e siècle.

«Il devrait y avoir au Nouveau-Brunswick cet automne un sommet sur la question du revenu de base garanti. Alors cela m’a beaucoup interpellé. Ça m’a permis d’en apprendre un peu plus à ce sujet», a indiqué la participante.

Si les questions touchant la lutte à la pauvreté, la justice sociale, les droits de la personne et l’environnement ont souvent été abordées au Forum social mondial, les droits des peuples autochtones ont également été largement discutés.

«Ce qui m’a fasciné durant le Forum avant tout, c’est la participation des jeunes aux différentes activités, on peut voir qu’il y a une relève. L’espérance qu’il peut y avoir un monde meilleur est bien là, si tous veulent y travailler et mettre la main à la pâte», se réjouit-elle.