Zenabis: enfin des nouvelles encourageantes pour Atholville

Le premier ministre Brian Gallant sera bientôt à Atholville afin d’effectuer une contribution financière pour que s’accélère la mise en place de l’usine de marijuana médicinale Zenabis.

«L’attente aura été longue, mais elle en aura valu la chandelle.»

C’est ce qu’a lancé lundi matin le maire d’Atholville, Michel Soucy, un maire tout sourire. Après deux années et demie à attendre une annonce concrète dans le dossier de l’entreprise Zenabis, il peut enfin pousser un soupir de soulagement.

«Soulagement est un bien faible mot», concède le maire. «C’est le dénouement d’un travail acharné, le début d’une longue aventure. On attendait cette annonce avec impatience depuis très longtemps. Ma première rencontre avec les promoteurs remonte à octobre 2013. Ils voulaient alors avoir notre opinion à savoir comment, selon nous, la venue d’une entreprise de la sorte serait perçue dans la communauté. Et déjà, c’était très clair pour moi et pour tous les gens présents que ce ne serait vraiment pas un problème, que nous étions prêts à les accueillir ici à bras ouverts», raconte M. Soucy.

Il précise cependant ne pas connaître les détails concrets de l’annonce.

«Tout ce que je sais, c’est qu’il devrait s’agir d’un pas dans la bonne direction pour que débutent éventuellement les opérations de l’entreprise.»

S’il est heureux de la tournure du dossier, ce dernier est également extrêmement content pour les gens de la région.

«La communauté du Restigouche a appuyé ce projet avec vigueur dès le premier jour. Il y a eu des pétitions signées pour faire avancer le dossier. La communauté d’affaires s’est aussi mobilisée. Tout le monde a mis son grain de sel afin de démontrer que nous étions derrière le projet», indique-t-il, notant personnellement n’avoir jamais perdu confiance.

«Je n’ai jamais pensé jeter la serviette. C’est certain que le degré de confiance a été mis à l’épreuve à quelques reprises, mais nous étions en communication constante avec le directeur de l’entreprise (Kevin Coft). Il nous rassurait qu’il fallait simplement être patient. Et ça s’est avéré juste. Est-ce que l’on peut crier victoire aujourd’hui? Je crois que oui. Je ne crois pas que le gouvernement provincial viendrait ici annoncer un investissement sans avoir en main toutes les cartes nécessaires pour faire avancer le dossier et mettre en place l’entreprise», dit-il.

Des travaux ont lieu depuis quelques semaines à l’intérieur de l’édifice. Selon le maire, ceux-ci n’auraient toutefois rien à voir avec les exigences de Santé Canada pour l’obtention d’une licence de production. C’est qu’avant de donner une licence, l’organisme fédéral veut s’assurer que les installations respectent les normes établies en la matière.

«Il s’agit davantage de rénovations pour le moment. On s’attend à ce que les vrais travaux de préparation débutent très prochainement», ajoute le maire Soucy.

L’annonce officielle doit avoir lieu mardi à 9h, sur le site de Zenabis. Selon les chiffres avancés jusqu’à maintenant, l’entreprise disait espérer créer quelque 200 emplois au départ avec un potentiel beaucoup plus grand, selon les phases de développement.