L’église incendiée avait été construite par Marcel-François Richard [vidéo]

La petite communauté de Bass River, dans le comté de Kent, est sous le choc après avoir perdu son église dans un incendie (potentiellement) criminel mardi matin. L’église St-Bartholomew, construite vers 1876 par l’Acadien Marcel-François Richard, est probablement une perte totale selon les paroissiens.

«Nous sommes dévastés. Nous ne comprenons pas pourquoi quelqu’un ferait un acte aussi insensé. Ça fait deux jours que je pleure. Mais je me dis qu’il faut que j’arrête: il y a des personnes qui ont perdu leur maison et ce qu’ils doivent vivre.»

C’est avec ces mots que se console Teresa (Herman) Warman, une fidèle paroissienne de Bass River – une petite communauté située à environ 30 km au sud-ouest de Richibucto – qui fréquente la petite église depuis qu’elle est toute jeune.

En parlant avec la femme âgée de 73 ans, on comprend rapidement à quel point elle aime son église. En entrevue avec l’Acadie Nouvelle, sa fierté était apparente alors qu’elle expliquait qu’un nouveau toit avait été installé l’été dernier et une fournaise installée il y a dix ans chauffait l’église même dans les températures les plus rudes de l’hiver.

«C’était la meilleure fournaise que nous avons eue. Mon mari l’allumait le matin, et par l’heure de la messe, à 16h, l’église était bien chaude.»

Mme Warman fait partie d’une longue lignée de paroissiens de Bass River qui fréquentent l’église St-Bartholomew depuis 140 ans. Mardi matin, l’ancien édifice a passé au feu.

L’hypothèse avancée suggère qu’un ou des individus ont mis le feu à l’arrière de l’édifice, près de la section où le prêtre se prépare avant de célébrer la messe. Les flammes se seraient rapidement propagées vers l’avant de l’édifice.

Des dizaines de pompiers se sont rendus sur les lieux afin de combattre l’incendie. Les murs et le toit ont été gravement endommagés.

«Ça fait mal au coeur de penser à toute la fumée et les dégâts. C’était une belle petite église bien entretenue.»

Les paroissiens n’ont pas encore vu l’intérieur de l’église depuis l’incendie. Les autorités ont interdit l’entrée, étant donné que les lieux sont considérés comme dangereux. Même le curé n’a pas encore vu l’étendue des dégâts à l’intérieur.

«L’assureur étudie la situation, et il doit nous donner une idée de la valeur des dégâts.»

L’église est assurée pour la somme de 60 000$. Mme Warman explique que la paroisse n’avait pas le budget nécessaire pour acheter une plus police d’assurance plus généreuse. Certains ont suggéré qu’une campagne de financement soit lancée, mais la paroissienne a des doutes.

«Nous sommes trop vieux. Moi-même, j’ai 73 ans. Avant, nous travaillions des heures et des heures pour la communauté, mais ça c’était il y a 30 ans. On a mentionné des collectes de fonds, mais je ne peux même pas y penser.»

L’église St-Bartholomew est l’une des 14 construites par le bâtisseur acadien Mgr.-Marcel-François-Richard.

La GRC a entamé une enquête, et demande l’aide du public afin d’identifier des suspects.

Solidarité à Bass River

Les deux autres paroisses de Bass River, le St Mark’s Presbytarian et le Anglican Parish of Kent, ont offert leurs installations aux paroissiens de la communauté en attendant qu’ils trouvent une solution permanente.

«Les ministres des deux autres églises sont venus nous voir et ils ont offert leur église. Nous avons toujours travaillé ensemble à Bass River, que ce soit pour des soupers ou des cas comme celui-ci», assure Teresa Warman, paroissienne de l’église catholique de Bass River.

À titre d’exemple, des funérailles qui devaient avoir lieu à la petite église de Bass River auront plutôt lieu à l’église St Mark’s.

«Mon frère a perdu son fils, le 7 août, à Calgary. Ses obsèques devaient avoir lieu dans notre petite église, le 10 septembre. Mais là, les presbytériens ont offert leur église, et c’est là qu’on va les avoir.»

Les paroissiens de l’église St Bartholomew rencontreront leur assureur d’ici la fin de la semaine. Ils auront alors une meilleure idée de l’étendue des dégâts.