Une Acadienne pagaiera avec l’ultra-athlète Mylène Paquette

Une Acadienne de Saint-Antoine traversera 42 kilomètres en kayak vendredi avec l’ultra-athlète Mylène Paquette dans le cadre d’une initiative visant la lutte contre le cancer chez les enfants.

Mylène Paquette, la première femme nord-américaine à traverser l’océan Atlantique à la rame, a joué un rôle important dans la vie d’Annick Fournier.

La femme originaire Saint-Antoine, qui habite aujourd’hui à Quispamsis, a découvert l’héroïne moderne il y a quelques années en feuilletant un magazine Reader’s Digest dans une salle d’attente. L’histoire de l’ultra-athlète québécoise l’a interpellé.

«Quand elle est partie à l’aventure, je l’ai suivi de A à Z. Elle a éveillé en moi l’envie de croire en ses rêves et de dépasser ses limites», explique-t-elle.

Quand elle était toute jeune, Mme Fournier rêvait de faire le tour du monde avec son sac à dos. Une fois rendue à l’âge adulte, cependant, le projet est passé aux oubliettes.

En suivant l’aventure de Mylène Paquette, qui a tout sacrifié pendant des années afin de réaliser son immense objectif, son rêve d’enfance commence à renaître.

«Mylène avait peur de l’eau, mais elle est partie pendant 150 jours à travers l’océan Atlantique. Ça nous permet de dire que chaque personne est capable de surmonter ses défis et ses peurs. Ça nous permet aussi de voir que chaque rêve, peu importe la grandeur, est possible.»

«Son histoire m’a donné l’espoir qu’un jour je réaliserai mon rêve de faire le tour du monde. Peut-être qu’on le fera en famille, ou peut-être que je le ferai avec mon mari quand mes filles (âgées de 6 et 8 ans) seront parties de la maison.»

Au printemps, Mme Fournier a acheté le livre de Mme Paquette, Dépasser l’horizon. Son respect pour l’aventurière n’a fait qu’augmenter.

Elle a donc décidé de lui envoyer un courriel. Les deux femmes se sont échangé quelques messages. Un mois plus tard, l’Acadienne s’est inscrit à un concours afin d’avoir la chance de pagayer 42 kilomètres avec son idole. En juin, elle a appris qu’elle avait été retenue comme l’heureuse gagnante du prix.

Vendredi, elle passera plus de 9 heures à naviguer les eaux le long de la côte de l’île de Montréal avec Mme Paquette dans le cadre du Circuit Charles-Bruneau, une campagne de financement du Centre de cancérologie Charles-Bruneau.

«J’ai hâte de jaser avec elle. J’ai l’intention de savourer chaque instant, de lui poser des questions et de créer une petite relation. Je vais certainement lui apporter un petit panier avec des produits de l’Acadie.»

Le Centre de cancérologie Charles-Bruneau est un établissement dévoué à la lutte contre le cancer pédiatrique à Montréal. Le Circuit Charles-Bruneau a comme objectif d’amasser 200 000$. Plus de renseignements sont disponibles sur Internet, au circuitbleu.charlesbruneau.qc.ca.