Retrouvailles des anciens étudiants du Collège de Bathurst

Les retrouvailles des anciens étudiants du Collège de Bathurst revêtent un caractère particulier cette année, puisqu’elles marquent le 100e anniversaire de l’éducation supérieure francophone dans la région.

L’enseignement classique a été dispensé dans la région dès 1916, après l’incendie qui a ravagé le Collège Sacré-Coeur de Caraquet l’année précédente

«Les Eudistes avaient déjà un juvénat à Bathurst et ils y ont accueilli les étudiants à l’automne 1916», a relaté Euclide Chiasson, le directeur général de la Fondation du Collège de Bathurst.

Par la suite, le collège a ouvert ses portes en 1921 à Bathurst. Installer une institution francophone dans un milieu anglophone était un acte qui ne manquait pas d’audace pour l’époque.

L’établissement s’est après affilié à l’Université de Moncton et est devenu le Collège de Bathurst, après avoir porté le nom de l’Université du Sacré-Coeur.

De grands hommes, comme l’ancien premier ministre Louis J. Robichaud, ont fréquenté l’établissement.

Au début des années 1970, les Eudistes ont cédé la gestion du collège à une corporation laïque. L’établissement d’enseignement renaît alors sous le nom du Collège communautaire du N.-B. (CCNB).

La transition ne s’est pas faite sans heurts, alors que beaucoup n’acceptaient pas qu’un collège classique soit transformé en établissement technique.

Les tensions se sont aplanies au fil du temps et la Fondation a même mis en place le Fonds André-Boudreau pour la mobilité étudiante dans le but d’aider financièrement des étudiants CCNB de Bathurst qui souhaitent faire un stage d’études à l’extérieur de la province.

«Depuis un siècle, l’établissement a formé un très grand nombre de jeunes femmes et hommes qui se sont distingués dans plusieurs secteurs professionnels, notamment en sciences, en médecine, en politique, en droit, en administration publique, en enseignement, dans le cinéma, le théâtre, les arts visuels et de la scène, et en littérature. Aujourd’hui, le CCNB concentre sa formation sur les technologies de l’information et des communications, le génie, l’environnement, le dessin industriel, le bâtiment, l’électricité, la tuyauterie, la mécanique et l’entretien», a souligné Lorio Roy, le président de la Fondation du Collège de Bathurst.

Les Retrouvailles 2016 des anciens du Collège de Bathurst auront lieu le 16 octobre au CCNB. Les étudiants et le personnel du campus sont également conviés à se joindre aux diverses activités de la journée, qui sont toutes gratuites à l’occasion du centenaire.

«Nous voulons faire le pont entre le nouveau collège et l’ancien. Nous ne serons plus là dans quelques années et espérons que le personnel de l’établissement actuel va prendre la relève», a déclaré M. Chiasson.

«Dans la matinée, nous dévoilerons une place en avant de l’édifice pour marquer le 100e de l’éducation postsecondaire à Bathurst. Le père Maurice LeBlanc, ancien directeur de chorale et de fanfare, célébrera une messe. La lieutenante-gouverneure Jocelyne Roy-Vienneau va donner une conférence après le brunch», a détaillé le directeur général de la fondation.

Depuis dix ans, la Fondation du Collège de Bathurst célèbre un pan de son histoire en organisant des retrouvailles qui abordent un thème spécifique année après année.