Université de Moncton: le nombre d’étudiants chute de 3,5%

Les inscriptions à l’Université de Moncton sont encore cette année en chute libre. La fréquentation de l’établissement d’enseignement postsecondaire acadien a chuté de 3,5% en 2016.

Les défis du recrutement se font sentir depuis 2005 à l’Université de Moncton. Le scénario n’est pas bien différent en cette rentrée universitaire.

En 2014-2015, l’Université de Moncton a accueilli 4354 étudiants sur ses trois campus. Cette année, ils sont 4206 , une baisse de 148 inscriptions.

La très grande majorité de la population étudiante, un peu plus de 69,5%, provient toujours des écoles secondaires du Nouveau-Brunswick. En fait, les inscriptions néo-brunswickoises ont connu une légère hausse, comme l’a noté le recteur Raymond Théberge par communiqué lundi.

«Nous sommes toutefois encouragés par l’augmentation des nouvelles inscriptions provenant des écoles secondaires francophones du Nouveau-Brunswick qui sont passées de 668 en septembre 2015 à 696 au 19 septembre 2016», a précisé M. Théberge.

La proportion d’étudiants internationaux est en constante hausse à l’institution acadienne. En 2015, les étudiants internationaux constituaient 19,1% de la population étudiante alors qu’en 2016, leur part est de 21,4%.

Si les étudiants internationaux représentent un plus grand pourcentage des inscrits comparativement à l’année dernière, ils s’avèrent quand même moins nombreux. En 2015, ils étaient 833. Il y en a 768 cette année,  une perte de 65 étudiants.

Le nombre d’inscriptions pour l’année universitaire 2016-1017 est loin d’être une surprise pour l’administration: 4200 étudiants répartis sur trois campus, c’est ce qui était prévu dans le Plan 2020 de l’Université de Moncton.

Évidemment, le déclin démographique du Nouveau-Brunswick est pointé du doigt. La crise de l’Ebola a aussi ralenti les efforts de recrutement de l’Université de Moncton sur le continent africain. La concurrence entre les collèges et les autres universités canadiennes est également très féroce.

«Il y a une baisse des effectifs dans les écoles secondaires, mais ça devrait aller en se stabilisant au cours des prochaines années, c’est encourageant», soutient Marc Angers, directeur du Service des communications de l’Université de Moncton.

Afin de pallier la baisse des inscriptions, l’Université de Moncton mettra en œuvre une nouvelle stratégie de recrutement et de rétention. La première étape de cette stratégie était d’abolir le vice-rectorat aux affaires étudiantes et internationales pour créer une direction générale de la gestion stratégique de l’effectif étudiant.

La personne qui sera embauchée à la tête de ce nouvel organisme devra mettre en œuvre une stratégie de recrutement et de rétention des étudiants en plus d’assurer que leur expérience à l’Université de Moncton soit excellente, de l’inscription à la remise des diplômes.

«C’est de concevoir le recrutement d’une façon plus large. C’est de le placer dans un ensemble de processus qui visent à assurer une expérience étudiante très positive, du recrutement à la diplomation. Il y a un défi non seulement pour recruter, mais aussi pour retenir les étudiants. Donc, il faut que la stratégie parte du recrutement et qu’elle se poursuive tout le long (du cheminement universitaire)», a expliqué M. Angers.

Selon le directeur du Service des communications, il s’agit d’une nouvelle façon de faire pour l’université. La ou le directeur général de la gestion stratégique de l’effectif étudiant devrait être embauché au cours des prochaines semaines.