Le président de la SNA René Cormier présente sa démission

Le nouveau sénateur acadien a remis sa démission mardi aux membres du conseil d’administration de la Société Nationale de l’Acadie.

René Cormier a finalement décidé de passer le flambeau. Nommé sénateur jeudi dernier par le premier ministre Justin Trudeau, il a fait le choix de se consacrer entièrement à ses nouvelles fonctions. Malgré son désir de continuer à servir l’organisme acadien, il a jugé que les deux postes pourraient être incompatibles.

«Afin de pouvoir rapidement intégrer le Sénat et m’engager pleinement dans mes nouvelles fonctions de sénateur indépendant et non partisan du Nouveau-Brunswick, il est juste de me retirer de la présidence de l’organisme porte-parole du peuple acadien», déclare-t-il.

L’artiste de Caraquet occupait la présidence de la SNA depuis juin 2015. Élu pour terminer le mandat de son prédécesseur, René Légère, il avait été reconduit pour un mandat de deux ans en juin.

«Je quitte en toute confiance sachant que la SNA a un conseil d’administration solide et je remercie les membres et le personnel de la confiance qu’ils m’ont accordée durant mon passage à la présidence», termine-t-il.

Janic Godin, directeur général de la SNA, explique que ce renoncement s’est fait à contrecoeur, mais était inévitable.

«Pour le respect et la légitimité des deux entités, la SNA et le Sénat, M. Cormier a cru sagement qu’il était mieux de se retirer pour éviter toute confusion et toute perception potentielle de conflit d’intérêts par rapport à une quelconque prise de position de la SNA.»

«C’est vite devenu une évidence: porter les deux chapeaux n’était pas pertinent ni recommandé en raison du rôle de la SNA. Au niveau éthique, même pour les demandes de financement ça aurait pu être problématique. C’est une question d’impartialité et d’objectivité de notre travail», ajoute le directeur général.

Du passage de René Cormier, Janic Godin retient «son écoute, sa rigueur, sa vigueur, sa capacité à rassembler et son respect de l’organisme».

«Comme porte-parole, il a toujours voulu que tout soit soigné et juste», dit-il.

Un plan de transition sera proposé au conseil d’administration jeudi prochain. Le vice-président Xavier Lord-Giroux assumera la présidence par intérim de l’organisme jusqu’à l’AGA de juin 2017, lors de laquelle se tiendra une élection à la présidence.

Le jeune homme âgé de 25 ans se sent prêt à être la voix de l’organisme et à présider les réunions du CA. «C’est un privilège et un honneur d’assurer la présidence d’un organisme qui a plus de 125 ans d’existence. La SNA est très importante dans le monde associatif acadien et je ne prends pas ça à la légère», lance-t-il.

«C’est une situation sans précédent à la SNA, même si le premier président et créateur de la SNA Pascal Poirier était lui-même sénateur. Aujourd’hui ce n’est plus possible. Le CA est très content de la nomination de René Cormier au Sénat et on lui souhaite la meilleure des chances.»

Dans un communiqué, la SNA souligne les réalisations d’un homme engagé.

«Durant son passage à la présidence, René Cormier a contribué à l’avancement de nombreux dossiers, notamment: la mise sur pied d’un comité de collaboration acadien avec le ministère du Patrimoine canadien et Parcs Canada, la signature d’un protocole d’entente avec le Congrès mondial Acadien 2019 et la signature d’ententes avec des institutions phares pour le rayonnement des arts et de la culture en Suisse et en Belgique. Par surcroît, monsieur Cormier a assuré le renforcement des liens avec l’Organisation internationale de la Francophonie et a conclu des ententes reliées à la mobilité jeunesse en Acadie, au pays et à l’international.»