Une prestigieuse récompense pour le professeur Donald Violette

Le professeur Donald Violette est couronné de la prestigieuse récompense de la Société mathématique du Canada, le prix Adrien Pouliot. Il a, en autres, fondé les camps de mathématiques pour la jeunesse francophone, qui se tiennent chaque année dans sa ville natale de Saint-Quentin, une de ses plus belles réalisations.

Le prix Adrien Pouliot honore, depuis 1995, les accomplissements d’individus ou d’équipes qui contribuent de manière exceptionnelle à l’enseignement des mathématiques au pays.

Donald Violette, qui enseigne cette matière à l’Université de Moncton et qui fut le premier francophone du Nouveau-Brunswick à obtenir un doctorat en mathématiques (en 1984), se démarque à plus d’un titre.

«J’ai quand même reçu plusieurs prix, sur la scène régionale, provinciale et de l’Atlantique, mais jamais au niveau national. Je crois qu’on me considère un peu comme le plus grand promoteur des mathématiques au  Nouveau-Brunswick, avec tous les projets que j’ai fondés. Je suis le premier francophone de l’Atlantique à recevoir cet hommage», avance-t-il.

C’est à l’âge de 15 ans qu’il détermine qu’il fera carrière dans ce domaine. En 12e année, il obtient même un permis temporaire pour enseigner les maths à ses camarades de classe et aux autres élèves de son enseignante, en congé de maladie pour quelques semaines. Cette expérience précoce l’a confortée dans ses ambitions.

Donald Violette a toujours eu à cœur de faire rayonner cette discipline, que plusieurs peuvent trouver indigeste.

«Souvent, les gens disent que les mathématiques sont compliquées, ne servent à rien, qu’il s’agit d’une matière aride. Ce n’est pas vrai. Comme on ne peut pas aimer quelque chose qu’on ne connaît pas, j’essaie de démystifier les mathématiques, d’enrayer les préjugés», explique-t-il.

Ce dont il est le plus fier, est la mise sur pied de camps d’été de maths, qu’il a choisi d’organiser dans sa région natale. Il en est également l’artisan, dans le sens que c’est lui qui frappe aux portes des entreprises pour commanditer l’événement, veille à la sélection des candidats par concours, coordonne les activités, forme les moniteurs, corrige, remplit les rapports.

«Au pays, seuls les jeunes du Nouveau-Brunswick n’avaient pas accès à un camp de mathématiques en français. Je trouvais ça dommage qu’il n’y avait pas beaucoup d’activités intellectuelles de haut niveau pour nos jeunes francophones. J’ai foncé en créant un premier camp pour les élèves de la 12e année. Depuis ce temps, j’ai créé un camp pour les classes de 5e et un autre pour les élèves de 8e année», relate M. Violette.

«Ces francophones doués peuvent maintenant s’épanouir dans leur langue. Ils proviennent des quatre coins de la province et c’est incroyable la complicité qui se développe entre les jeunes. Ils me disent qu’ils aimeraient que les sessions durent plus longtemps. C’est tellement gratifiant.», exprime-t-il.

D’ailleurs, le professeur Violette n’a de cesse de parcourir des milliers de kilomètres chaque année pour aller à leur rencontre, dans des écoles primaires et secondaires.

«Je donne à peu près 40 conférences par année pour leur montrer la beauté et la magie des mathématiques. J’ai prononcé environ 450 conférences et j’ai rencontré facilement 18 000 élèves», affirme-t-il.

Il a créé la première – et la seule – fondation de mathématiques au Canada, qui porte son nom, en 2014, pour concrétiser des projets en lien avec cette matière.

Le 3 décembre, le professeur recevra officiellement son trophée lors du congrès de la Société mathématique du Canada, qui se tiendra à Niagara Falls.