Formation d’ambulanciers: Medavie confiante malgré l’offre du CCNB

Les responsables de Medavie ÉduSanté, qui forment de futurs paramédicaux en français depuis plusieurs années, ne s’inquiètent pas du programme similaire qui sera offert par le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick en 2017.

Le nouveau programme sera géré par le CCNB – campus de Campbellton, mais il pourra être déplacé où le besoin pour des travailleurs paramédicaux se fera sentir.

Une quinzaine de places seront offertes pour cette formation de deux ans, à compter de septembre 2017.

Jusqu’à maintenant, c’est le secteur privé qui offrait le cours dans la province. Si la formation était proposée dans différents endroits de la province, Medavie ÉduSanté l’offre à Bathurst depuis 2014 pour mieux desservir le Nord de la province.

«Nous avons commencé à enseigner le cours en français en 2008. Nous commençons notre troisième année à Bathurst ce mois-ci. Avant, c’était offert à Moncton, à Edmundston et dans la Péninsule acadienne. Nous travaillons étroitement avec Ambulance NB», souligne Marc Fournier, instructeur principal pour Medavie à Bathurst.

«Dans la première classe à Bathurst, nous avons eu 14 inscriptions et neuf participants ont complété leur formation. La deuxième année comptait 16 étudiants, dont huit ont réussi la formation. C’est un cours très exigeant physiquement et intellectuellement», fait-il remarquer.

Un étudiant chez Medavie doit débourser 15 700$ pour le cours de 10 mois. En 2017, elle sera étalée sur 12 mois. La direction croit pouvoir tirer son épingle du jeu, malgré la nouvelle offre du secteur public.

«La personne qui suit notre cours est prête au marché du travail en 10 mois d’études. Oui, il faut payer un peu plus, mais elle peut être engagée plus rapidement. Avec un programme de deux ans, il y a plus de dépenses pour l’étudiant», note M. Fournier.

«Ça va dépendre des attentes de l’étudiant. S’il veut sortir plus vite pour commencer à travailler, notre cours sera plus adapté pour lui. S’il demeure déjà à Campbellton, il pourra aller au CCNB. En fin de compte, nous serons capables de répondre à plus de besoins parce que le but est d’avoir plus de travailleurs paramédicaux qualifiés dans la province», insiste-t-il.

Ambulance NB explique que les soins paramédicaux constituent un domaine toujours en croissance dans la province.

«Ambulance Nouveau-Brunswick a la capacité d’accroître son effectif et embauchera tous les diplômés qualifiés de toutes les écoles paramédicales, publiques ou privées», affirme Yvon Bourque, le directeur des opérations d’Ambulance Nouveau-Brunswick.

De nombreux postes, tant anglophones que francophones, sont vacants à l’échelle de la province, dont 80 bilingues, rappelle M. Bourque.

«Nous avons plus de difficulté à attirer des travailleurs paramédicaux francophones en permanence dans des collectivités rurales principalement anglophones, par exemple, dans le Sud-Ouest de la province. Mais nous nous efforçons d’offrir un service bilingue aux patients dans le besoin», assure-t-il.

Medavie, dont les locaux de sa formation sont situés au CCNB de Bathurst, n’exclut pas de revenir à sa formule de rotation.

«Tant et aussi longtemps que le besoin est présent à Bathurst, nous resterons établis ici. Mais s’il y a un besoin dans un autre coin de la province – d’après le nombre d’inscriptions – ça pourrait facilement être transféré ailleurs», affirme Marc Fournier.