Pornographie juvénile: quatre ans de prison pour un jeune de 21 ans

Un homme âgé de 21 ans de la Première Nation d’Elsipogtog a été condamné à quatre ans de prison en lien avec des accusations de possession de pornographie juvénile, de distribution d’images d’enfants exploités sexuellement, d’agression contre une personne mineure et de manquement à des promesses remises au tribunal.

Billy Ray Peters a plaidé coupable à toutes les accusations portées contre lui et a reçu sa sentence en cour provinciale à Moncton, mardi. Il lui reste 40 mois à purger sur sa sentence de 48 mois.

Les accusations découlent de deux enquêtes distinctes. Une enquête a été menée par le Groupe de lutte contre l’exploitation d’enfants dans internet de la GRC au Nouveau-Brunswick. Elle a abouti à l’exécution d’un mandat de perquisition dans une résidence de la Première Nation d’Elsipogtog, en janvier 2016. Les accusations découlant de cette enquête ont trait à des images d’enfants exploités sexuellement.

La deuxième enquête a été menée en 2016 par le Détachement d’Elsipogtog de la GRC. Elle concernait l’agression d’une personne mineure et un manquement à des promesses remises au tribunal.

Billy Ray Peters sera aussi inscrit à vie au Registre national des délinquants sexuels. Il devra fournir un échantillon d’ADN et respecter certaines conditions imposées par la cour qui limitent ses contacts avec les enfants et son utilisation d’un ordinateur.