Un dernier adieu à Jean-Guy Rioux

Le bâtisseur acadien Jean-Guy Rioux a été porté à son dernier repos. Les funérailles ont été célébrées lundi après-midi en l’église Saint-Jérôme de Shippagan. Plusieurs centaines de personnes y ont assisté.

Partout où il passait, Jean-Guy Rioux, originaire de Shippagan, laissait une bonne impression. En plus de sa famille immédiate, plusieurs de ceux qu’il a côtoyés au fil des années ont tenu à lui rendre un dernier hommage.

Funérailles de Jean-Guy Rioux. - Acadie Nouvelle:  David Caron
Funérailles de Jean-Guy Rioux. – Acadie Nouvelle: David Caron

M. Rioux est décédé la semaine dernière à l’âge de 76 ans.

Issu du milieu de l’éducation, Jean-Guy Rioux était reconnu pour son engagement dans la communauté acadienne et la francophonie canadienne. Au fil des ans, il a été engagé au sein de plusieurs organismes, dont la Société acadienne du Nouveau-Brunswick (SANB), le Congrès mondial acadien, la Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada et l’Association canadienne d’éducation de langue française.

Il a contribué à la fondation du Centre de recherche et de développement des produits marins (aujourd’hui, l’Institut de recherche sur les zones côtières) ainsi qu’au développement de l’Université de Moncton, campus de Shippagan, où il a été vice-recteur de 1979 à 1990.

Plus récemment, il a été président du conseil d’éducation du District scolaire francophone nord-est de 2012 à 2016. Pour ses nombreux accomplissements, il a été nommé membre de l’Ordre du Canada en 2012 et à l’Ordre du Nouveau-Brunswick en 2016.

L’ancien député néo-démocrate d’Acadie-Bathurst, Yvon Godin, a été l’un de ceux qui ont voulu saluer l’œuvre de M.Rioux.

«Partout où j’allais, on dirait que Jean-Guy était là. Il était inépuisable quand il était question de donner le meilleur de lui-même pour la communauté. Il était vraiment une bonne personne.»

Le sénateur néo-brunswickois Percy Mockler conserve un souvenir d’un «champion de l’Acadie» dont le nom est synonyme de loyauté et de grands principes.

«Je suis attristé. Le peuple acadien a perdu un grand bonhomme. Il a toujours défendu ses dossiers avec brio. Il était humble, mais à point.»

M. Rioux a cru fortement à l’engagement dans sa communauté jusqu’à ses derniers jours. Dans sa nécrologie, au lieu de fleurs, sa famille demande un «bénévolat accru, encore plus fort et solidaire au sein du mouvement associatif de l’Acadie et de la Francophonie dans son ensemble et/ou un don à l’Université de Moncton, campus de Shippagan».

Xavier Lord-Giroux, âgé de 25 ans, est président par intérim de la Société nationale de l’Acadie. Il fait partie de la prochaine génération de leaders acadiens.

«Les Rioux, c’est connu, ce sont des gens qui en font beaucoup. Sa fille, Marie-Claude, est directrice générale de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse. Malgré la tristesse, c’est une belle occasion pour célébrer tout ce qu’il a fait dans sa vie. Malgré son départ, il laisse un legs important derrière lui.»