La SNA rêve d’un Sommet de la Francophonie en Acadie en 2022

L’Acadie aurait intérêt à accueillir le Sommet de la Francophonie 2022, selon le président par intérim de la SNA, Xavier Lord-Giroux. Ce leader acadien rêve grand et lance la réflexion à ce sujet.

Dans une lettre publiée dans notre édition de mardi, celui qui a récemment succédé à René Cormier à la tête de la Société nationale de l’Acadie lance un ballon d’essai.

«Imaginez l’impact d’un Sommet de la Francophonie à Charlottetown, Halifax ou Saint-Jean de Terre-Neuve», dit-il d’entrée de jeu dans son commentaire.

Selon lui, les francophones et les Acadiens de ces communautés bénéficieraient énormément de l’organisation d’un événement de cette envergure près de chez eux. Il rappelle que le sommet de Moncton, en 1999, a laissé sa trace sur la région.

«Dans des villes et des régions où le français se fait rare dans l’espace public, l’accueil d’un monde aussi riche et diversifié que celui de la Francophonie aurait des répercussions majeures sur nos communautés acadiennes.»

En entrevue téléphonique, Xavier Lord-Giroux explique que l’Organisation internationale de la Francophonie tient en compte l’impact que la tenue du sommet aura sur les francophones de la communauté d’accueil lorsqu’elle évalue les candidatures.

Cela pourrait donner un bon coup de pouce aux capitales de la Nouvelle-Écosse, de l’Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve-et-Labrador, croit-il.

«Ce serait facile de démontrer à quel point un événement de l’OIF, que ce soit un sommet ou que ce soit autre chose, aurait un impact positif sur les communautés francophones sur place.»

L’éventuelle candidature de l’une de ces villes devrait d’ailleurs être déposée par le gouvernement fédéral, parce que le Nouveau-Brunswick est la seule province de l’Atlantique membre de l’OIF.

Xavier Lord-Giroux compte parler de ce dossier plus longuement avec les organismes acadiens membres de la SNA très prochainement afin que la discussion se poursuive.

Le Sommet de la Francophonie en bref

Le Sommet de la Francophonie, dont le nom officiel est la Conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage, a lieu tous les deux ans.

Il est l’instance suprême de l’Organisation internationale de la Francophonie, dont sont membre à part entière le Canada, le Québec et le Nouveau-Brunswick. L’Ontario a récemment obtenu le statut d’observateur à l’OIF.

Le dernier sommet a eu lieu en novembre 2016 à Madagascar. Il a réuni 20 chefs d’État et de gouvernement, dont Brian Gallant, et près de 2500 délégués. Il a coûté environ 10 millions $.

Les prochaines éditions auront lieu en 2018 en Arménie et en 2020 en Tunisie.