Un ancien prêtre du Nord-Ouest pourrait être mêlé à une histoire de fraude

Le nom d’un ancien prêtre du Nord-Ouest circule dans une affaire de fraude dans la région de Montréal. Des chalets de luxe, pour lesquels des gens auraient fait des réservations et un dépôt en vue des vacances de Noël sans y avoir eu accès, seraient enregistrés au nom du père Claude Côté.

Cette histoire a été ébruitée dans les médias au début janvier lorsque les 19 familles flouées ont décidé de se regrouper pour faire connaître leur insatisfaction face à cette mauvaise expérience.

Aux médias montréalais, l’homme d’affaires et gestionnaire des lieux, Sylvain Berthelet, a dit qu’il avait rencontré des problèmes financiers. Il a aussi admis avoir réservé un chalet aux mêmes dates pour plus qu’un client à la fois.

Son intention, a-t-il expliqué, aurait été de trouver d’autres chalets à la place de ceux réservés par ses clients dans le secteur des Laurentides ou de les rembourser pour ce fiasco.

En fin de semaine, M. Berthelet, avait promis de rembourser les gens qui ont été floués. La somme en cause est de 34 000$. Les plaignants se sont présentés à une rencontre où on leur aurait remis une enveloppe vide.

Le principal intéressé a alors laissé entendre qu’il attendait l’argent de la part d’une associée qui aurait récemment été victime d’un accident, ce qui aurait retardé les choses.

Les recherches de TVA et du Journal de Montréal font état que l’entreprise, Les Chalets de Prestige, est enregistrée au nom de Claude Côté, père eudiste qui a notamment exercé son ministère dans la paroisse de Clair, dans le Nord-Ouest, et, jusqu’à tout récemment, à Saint-Jacques et à Saint-Joseph.

Selon TVA et le Journal de Montréal, l’entreprise Chalets Prestige, qui appartenait autrefois à Sylvain Berthelet, aurait été dissoute pour non conformité en 2011.

L’évêque du Diocèse d’Edmundston, Mgr Claude Champagne, a fait savoir que le père Claude Côté a été placé en congé pour des raisons de santé au début de l’automne. À la mi-décembre, il a annoncé aux paroissiens de Saint-Jacques et de Saint-Joseph que le curé ne reprendrait pas ses fonctions. Ce n’est que quelques semaines plus tard que cette affaire est apparue dans les médias montréalais.

«Il est retourné à la Maison des Eudistes à Québec et ne reviendra pas dans notre diocèse», a dit Mgr Champagne.

Dans la communauté, des rumeurs faisaient état que le père Côté avait emprunté des sommes d’argent à des paroissiens. À ce sujet, Mgr Champagne soutient que ces gens ont été remboursés au cours de la dernière année, vraisemblablement par sa congrégation et non par le diocèse.

Mgr Champagne a laissé entendre qu’aucune somme d’argent de la paroisse n’aurait été impliquée dans cette affaire. Il a fait remarquer que les enquêtes en cour permettront sûrement de faire la lumière sur cette histoire.

Pour l’instant, rien n’incrimine le père Côté si ce n’est que des documents semblent dire qu’il serait propriétaire de ces chalets de luxe.

Des paroissiens à qui l’Acadie Nouvelle a parlé disaient ne pas connaître ou comprendre les liens qui pourraient exister entre le père Côté et M. Berthelet.