Automobile: passer de l’essence au propane, une idée qui fait son chemin

Installer un réservoir de propane dans son véhicule, économiser de l’argent et émettre 30% moins d’émissions nocives pour l’environnement; c’est maintenant chose possible au Nouveau-Brunswick. Un garagiste de Dieppe témoigne d’une idée qui fait son chemin.

Jean-Paul Belliveau, propriétaire de JP’s Garage, avait ses doutes lorsqu’il a entendu parler du concept pour la première fois. C’est le fournisseur de propane Rainville qui l’avait approché pour lui demander s’il était intéressé de devenir le premier à offrir l’installation dans les maritimes.

«Il m’a vanté les mérites du propane et les économies par rapport au gaz qui est presque deux fois plus cher. Je me disais que c’était trop beau pour être vrai. Je me suis dit “OK, on va l’essayer dans mon camion d’abord, voir si c’est vrai cette histoire-là”.»

Jean-Paul Belliveau est aujourd’hui le plus confondu des sceptiques. Il dit être le seul à détenir la formation pour l’installation au Nouveau-Brunswick, présentement. Sa certification est reconnue et approuvée par l’Association canadienne des automobilistes du Canada.

Depuis l’obtention de son permis, en juin, il a converti une quarantaine de véhicules, dont la flotte d’un électricien de Grand-Barachois, Bélanger Électric.

L’installation complète sur un véhicule prend deux jours, et coûte environ 7000$.

Le garagiste ajoute un réservoir de propane de 78 litres à l’arrière du véhicule. Il le relie à une embouchure fixée au parechoc, pour permettre de le remplir, ainsi qu’au moteur, pour y acheminer le gaz. Un module électronique enclenche automatiquement le changement de carburant lorsque le moteur atteint une température de 40 degrés Celsius, soit la température idéale pour carburer au propane.

Un petit indicateur fait voir au conducteur quand la conversion est activée. Sans lui, il est impossible de se rendre compte du changement d’utilisation de carburant, car le moteur continue de ronronner sans interruption.

Le propane brûle avec un son et une puissance similaire à l’essence conventionnelle. Il possède la même force de torsion, pollue 30% moins et coûte en moyenne 62 cents le litre au Canada.

Quant à la sécurité de l’équipement, le garagiste affirme que le contenant de propane est jusqu’à 20 fois plus sécuritaire que celui d’essence, selon les statistiques de son fournisseur.

«Le réservoir d’essence lui est fait en plastique; il y a beaucoup plus de chance qu’il se perce ou se brise. Le réservoir de propane est très sécuritaire et solide. Il ne se brisera pas facilement», explique Jean-Paul Belliveau.

Si les voitures au propane sont plus communes dans l’Ouest, elles se font rares du côté de l’océan Atlantique. Jean-Paul Belliveau reconnaît que les voitures électriques sont l’avenir, mais souligne qu’il faudra de nombreuses années avant d’électrifier le réseau de la province.

«On est à la remorque sur tout ici dans les maritimes quand ça vient aux tendances et aux nouvelles technologies. Quant à moi, le propane est la meilleure alternative d’ici là.»