Un autre épisode de verglas attendu au Nouveau-Brunswick

Énergie NB se prépare à affronter le nouvel épisode de verglas attendu pour le milieu de semaine au Nouveau-Brunswick. Environnement Canada a annoncé des précipitations de pluies verglaçantes.

«Un système en provenance du Colorado va toucher la province à partir de mardi soir. Il y aura de la neige, du grésil et un risque de verglas associés à ce système», met en garde Maxime Desharnais, météorologue à Environnement Canada.

En temps normal, ces prévisions ne feraient pas frémir les dirigeants d’Énergie NB, mais la crise sans précédent que nous venons de connaître a changé la donne.

«Nous allons surveiller avec attention cette tempête. Nous la prenons très au sérieux et ferons tout pour ne pas revivre les événements de ces derniers jours», déclare Gaëtan Thomas, le président-directeur général de la société de la Couronne.

Des équipes en conséquence vont être mobilisées et prêtes à intervenir selon les dégâts occasionnés.

Les clients affectés par les précipitations du 25 janvier ont tous été rebranchés au réseau, dimanche. Les réparations se sont achevées le même jour. Les renforts venus aider les hommes d’Énergie NB sont repartis.

Au plus fort de la crise du verglas, des employés du Québec, de la Nouvelle-Écosse, de l’Île-du-Prince-Édouard et des États-Unis ont prêté main-forte. Lundi, entre 40 et 50 équipes demeuraient actives sur le terrain, et principalement dans la Péninsule acadienne, la zone la plus sinistrée.

«Elles sont affectées à des opérations de nettoyage. Il y a encore dans certains endroits d’importants amas de glace. Il faut aussi couper des branches d’arbres qui menacent de frapper les lignes. Nous avons identifié une dizaine de situations potentiellement problématiques», renseigne M. Thomas.

Le responsable alerte la population: «Au cours des prochaines semaines, il faut s’attendre à de fréquents incidents dus à la fonte de la glace. Mais ces pannes seront de courte durée.»

La crise du verglas restera dans les annales. Les dernières constatations font état de 600 poteaux électriques endommagés. C’est trois plus que ceux qui avaient été abîmés par la tempête Arthur, en été 2014.

«C’est une expérience que je n’oublierai jamais. J’ai conscience que ça a été difficile pour tout le monde, tant physiquement qu’émotionnellement. Mais c’est aussi une victoire. Nous avons réussi le tour de force de rebâtir une partie de notre réseau en si peu de temps», souligne le PDG.

Celui-ci se dit encore marqué par «les efforts surhumains» déployés.

«D’indéfectibles amitiés se sont créées. Cette épreuve nous a unis.»

Il était difficile de voir les choses sous cet angle lorsque des milliers de personnes se retrouvaient privées d’électricité, mais cette crise du verglas a été un mal pour un bien pour le réseau électrique de la province.

Toutes les lignes principales endommagées ont été réparées avec des poteaux, des transformateurs et des câbles neufs. «Et selon nos normes en vigueur», précise le PDG d’Énergie NB, Gaëtan Thomas.

Bien que certaines installations sur des lignes secondaires devront être remplacées – elles ont été mises de façon temporaire, pour répondre au plus urgent –, «le réseau est plus solide qu’avant».