Fournir des médicaments aux clients… même dans le noir

Durant la crise du verglas, des pharmacies, privées elles aussi d’électricité, ont tout de même pu assister les clients en manque de médicaments… même dans le noir.

La pharmacie Jean Coutu, située sur la rue Principale à Tracadie, a fermé au plus fort de la tempête, le mercredi 25 janvier.

Le lendemain, elle a rouvert ses portes, pour parer aux besoins urgents de médicaments, même si elle n’avait toujours pas de courant. La direction avait pris soin de diffuser des annonces radiophoniques pour prévenir les clients.

«Nous avons posté un pharmacien à l’entrée. Les gens devaient apporter leur liste de médicaments ou boîtes de pilules parce que nous n’avions pas accès à leur dossier. Nous pouvions ainsi les accommoder pour une dizaine de jours et nous prenions en note leurs informations pour plus tard. Nous étions ouverts strictement pour les médicaments et produits essentiels comme du lait, des couches, du pain. Il fallait que ce soit payé comptant et nous donnions les caisses d’eau», raconte Gilles Savoie, le gérant.

La pharmacie s’est équipée d’une génératrice le vendredi. Ce n’est que trois jours plus tard qu’elle a été rebranchée.

«Nous étions fonctionnels à 65% je dirais avec deux postes ouverts au laboratoire et une caisse en avant. Entre-temps, nous avions apporté les médicaments réfrigérés à l’hôpital pour ne pas les perdre, parce qu’ils sont assez dispendieux», fait remarquer M. Savoie.

La direction du Shoppers Drug Mart à Shippagan s’est aussi débrouillée avec les moyens du bord. Le courant n’a été rétabli qu’au bout de quatre jours.

«Nous avons ouvert le jeudi et le vendredi (26 et 27 janvier) dans la noirceur, avec des lampes de poche accrochées sur la tête. Il y avait du monde avec la larme à l’œil et d’autres qui sautaient presque de joie parce qu’ils avaient besoin de leur insuline, de leurs médicaments contre la douleur ou de leurs antibiotiques. Notre horaire était de 13h à 16h pour être à la lumière du jour», relate le pharmacien propriétaire, Danny Allain.

«J’utilisais mon cellulaire pour accéder aux dossiers, comme nous avons un fichier central au Nouveau-Brunswick depuis le 1er décembre, auquel les médecins et les pharmaciens ont accès. Il y avait des gens qui arrivaient sans pot de médicaments, en disant faire affaire avec une autre pharmacie qui était fermée. En allant dans le dossier provincial, je trouvais leurs informations et nous leur fournissions ce dont ils avaient besoin pour sept jours», explique-t-il.

Un groupe électrogène très puissant leur a permis de reprendre leur horaire habituel le samedi 28 janvier.

Par ailleurs, le personnel du Centre de bénévolat de la Péninsule acadienne s’est démené pour continuer à offrir les soins à domicile aux 200 personnes âgées dont il a la responsabilité.

«Durant les quatre premiers jours, elles étaient 60% à avoir reçu le service à domicile. Autrement, nous nous sommes assurés que toutes étaient en sécurité et que les enfants les prenaient en charge. Nous avons visité chaque client des repas à domicile également», souligne Léo-Paul Pinet, le directeur général de l’organisme.

«Nous avons eu à déplacer les enfants vulnérables dans la région Chaleur et l’équipe de travail faisait le trajet tous les jours. Beaucoup de gens se sont déplacés entre les fils et les poteaux cassés pour donner les services. C’est un effort collectif, qui inclut les bénévoles. Une solidarité s’est créée», reconnaît-il.

Durant plusieurs jours, plus de 20 000 foyers dans la Péninsule acadienne étaient privés d’électricité. -30-