Beresford: un aigle s’attaque à un chien

Un aigle a attaqué un chien à Beresford, en fin de semaine, lui infligeant plusieurs blessures. Même combattu par les propriétaires de l’animal, le prédateur ne voulait pas lâcher sa proie.

L’incident, qui s’est produit dans le quartier Foulem à Beresford vers 20h30, commence par une simple sortie à l’extérieur pour les besoins du bichon frisé, âgé de 12 ans et pesant six livres et demie.

Samson n’était seul que depuis peu, lorsque la propriétaire, Sonia Doucet-Daigle, a entendu un cri étouffé.

«Je le surveille toujours quand je le mets dehors parce qu’il fait quand même froid et que c’est un petit chien de maison. Je me suis juste retournée trois secondes pour mettre ma sécheuse en marche. Quand j’ai regardé à la porte, j’ai vu quelque chose par-dessus lui. Mon chien a juste poussé un petit cri. Il n’a pas eu de chance d’en faire plus.»

En pyjama, elle est sortie en courant pour arracher Samson des griffes d’une bête qu’elle avait du mal à identifier.

«Je me suis jetée sur l’animal. Je ne savais pas contre quoi je me battais. Je pensais au début que c’était un lynx parce qu’un aigle avec les ailes ouvertes est énorme. Je donnais des coups de poing de toutes mes forces. Il ne lâchait pas. Mon chien était enseveli sous l’aigle. Je ne lui voyais que le bout du nez. C’était vraiment féroce. Il voulait le dévorer», raconte celle qui est encore secouée par les événements.

Gilles Daigle, alerté par les cris de sa femme, est venu en renfort, armé d’une pelle.

«Il a donné cinq grands coups. L’aigle ne lâchait pas encore et pourtant, mon mari est fort. J’étais à terre et je me battais encore avec l’aigle. Le dernier coup l’a assommé un peu et je l’ai senti relâcher sa prise. J’en ai donc profité pour tirer mon chien de là.»

Visite chez le vétérinaire

C’est un Samson traumatisé et portant plusieurs lésions qui est arrivé chez le vétérinaire au lendemain de sa mésaventure. Il est d’ailleurs sous traitement.

«Toute la soirée, il a été sous le choc. Il ne bougeait pas et regardait dans le vide. Il a vomi du sang plusieurs fois. Il est chanceux d’être encore vivant. Notre plus grosse crainte pour le moment est que les plaies s’infectent. Il a des plaies sur la tête, sur le dos, sur les côtés, à l’œil et au museau. Il y a aussi un croc qui est rentré à l’intérieur de sa bouche et ça saignait énormément.»

Sonia Doucet-Daigle a prévenu la Police régionale BNPP ainsi que la GRC de la présence du rapace, de même que ses voisins.

«Il allait un peu de travers, mais il a pu s’envoler malgré tous les coups que nous lui avons donnés. Je ne sais pas s’il continue à guetter, sachant qu’il y a quelque chose à manger. Ça m’inquiète même pour les enfants.»

Un aigle a une vue exceptionnellement perçante, qui lui permet de voir à des kilomètres à la ronde et de foncer sur sa proie. Il est redoutable avec ses longues et puissantes ailes, son bec crochu et ses griffes aiguisées.

Les Daigle, qui n’avait dans leur mire que de porter secours à leur bichon, n’ont pensé qu’après coup à leur sécurité.

«Je n’ai pas réalisé le danger parce que c’est l’adrénaline qui me menait. Il aurait pu nous attaquer aussi», fait remarquer la citoyenne de Beresford.

Dorénavant, Samson prendra l’air sous la surveillance de ses maîtres munis… d’un marteau.