Coupable d’avoir poignardé un homme à Bathurst

Ronald Canuel a plaidé coupable d’avoir poignardé un homme dans le quartier Upper Dawson à Bathurst, trois jours avant l’ouverture de son procès qui devait se tenir devant un jury du 27 février au 3 mars.

Il a changé son plaidoyer, lui qui faisait face à une accusation de voies de fait graves. Il a reconnu sa culpabilité à une infraction plus légère au regard de la loi, soit celle de voies de fait avec une arme (un couteau).

L’homme âgé de 27 ans est incarcéré depuis les faits survenus le 9 avril 2016. Après avoir entendu plusieurs témoins, la Cour provinciale de Bathurst avait refusé de lui accorder sa libération.

La victime âgée de 25 ans à l’époque avait été transportée à l’Hôpital régional Chaleur pour soigner ses blessures. Ses jours n’étaient pas en danger.

Canuel avait été appréhendé en lien avec cette affaire le même jour, sans résistance. Il connaîtra sa sentence le 23 mars.

En septembre, il avait été acquitté dans une affaire d’aspersion de poivre de Cayenne contre deux jeunes femmes, incident qui s’était produit en novembre 2015. Canuel a admis avoir fait usage du produit poivré pour se défendre alors qu’il était attaqué par une des plaignantes et entouré par les amis de cette dernière. Il a témoigné que la présumée victime, qu’il dit ne pas connaître, l’a frappé au visage, en l’accusant de lui avoir volé 200$ quelques semaines auparavant.

Ronald Canuel avait retenu l’attention des médias lorsqu’on l’avait accusé de vol à main armée à la Caisse populaire à Campbellton, au mois de juillet 2015. Un mandat d’arrêt national avait été lancé à son encontre. C’est en Colombie-Britannique qu’il avait été retracé. À son retour au Nouveau-Brunswick, la Couronne avait retiré toutes les charges qui pesaient contre lui après son passage au détecteur de mensonges.