Système de santé: un plan afin de faire face aux changements

Des pistes de solution afin de rendre le système de santé plus efficace ont été suggérées par les intervenants à une consultation sur l’élaboration du Plan pour les familles du Nouveau-Brunswick, mardi, à Edmundston.

Les participants, présents sur invitation, ont établi une liste de 10 priorités afin d’améliorer le système de santé néo-brunswickois. Des intervenants interrogés sur place par l’Acadie Nouvelle se disent confiants quant aux changements à venir.

Le Plan pour les familles du Nouveau-Brunswick sera axé sur l’amélioration des soins primaires et des soins de courte durée, la promotion du mieux-être, le soutien aux personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale ou un handicap, la facilitation du vieillissement en santé et le soutien aux aînés, la progression de l’égalité des femmes ainsi que la réduction de la pauvreté.

Mieux utiliser les ressources disponibles est l’une des recommandations qui sont ressorties des consultations, mardi.

Confiant en l’avenir, le président de la Fédération des citoyens aînés du Nouveau-Brunswick, Léonard LeBlanc, soutient que le statu quo est inacceptable. La population comptera 50 000 aînés de plus dans 10 ans, a-t-il fait remarquer.

«Nous avons proposé des solutions aux problèmes du système de santé du Nouveau-Brunswick. C’est maintenant au gouvernement de réagir. Il doit commencer à mettre en place les récentes recommandations du Conseil sur le vieillissement», a dit M. LeBlanc, de Dieppe.

Selon lui, des mesures pourraient être prises pour favoriser l’amélioration du système.

«Des ressources additionnelles pourraient être mises en place dans les communautés. Une infirmière-praticienne ou un pharmacien peuvent parfois régler le problème d’un patient sans qu’il se rende voir un médecin à l’urgence», a continué M. LeBlanc.

Gestionnaire pour le Réseau de santé Vitalité dans la Péninsule acadienne, Shelly Robichaud, entrevoit aussi avec optimisme l’avenir du système au Nouveau-Brunswick.

«Ce sont les décideurs du système qui ont été invités à participer à cette consultation afin de connaître nos opinions. C’est l’une des premières fois où je vois des priorités écrites qui seront remises au gouvernement», a-t-elle mentionné.

Elle est aussi d’avis qu’il existe des façons de rendre le système plus efficace.

«Le choses ont évolué au fil du temps, il suffit de repenser le système de manière à faire mieux avec les ressources dont on dispose. Un service peut être offert dans la clinique d’une communauté et non pas uniquement à l’hôpital. Des choses ont été faites pour l’amélioration du système et que d’autres viendront», a ajouté Mme Robichaud en poste dans la région de Lamèque.

Tina McLellan, représentant les bénéficiaires de l’hôpital Upper River Valley Hospital de Waterville, croit que la communication devrait être améliorée dans le réseau de la santé au Nouveau-Brunswick.

«On dirait que les régies, les hôpitaux, les foyers ou les services ne se parlent pas entre eux. Il faut éliminer ces barrières, car nous avons tous à gagner de connaître les bons coups qui ont été faits ici au Nouveau-Brunswick ou au Canada pour les appliquer dans nos régions et travailler ensemble pour notre avenir commun. Nous devons aussi éliminer la duplication des services dans le système», a indiqué Mme McLellan, une citoyenne de Hartland.